En 2010, Netechangisme commandait à l’IFOP la première grande enquête sur les sexualités collectives en France, révélant la montée en puissance de ces pratiques. Depuis, d’autres enquêtes ont confirmé cette tendance. Les chiffres le prouvent : le libertinage est désormais bien ancré dans la société. Enquête

La première fois, de préférence en club… L’enquête menée par Netechangisme en 2010, auprès de 7 000 de ses membres, donnait une idée précise du profil type du libertin, et révélait pour la première fois un panorama quasi exhaustif des sexualités plurielles en France, en dressant un constat : le répertoire sexuel des Français s’est élargi, et les jeux à plusieurs sont de mieux en mieux a

Cette enquête nous a appris que le libertinage apparaissait comme un fantasme très répandu. Un homme sur trois (31 %) – contre 13 % des femmes – aimerait ou pourrait envisager de faire l’amour avec sa partenaire et un autre couple. L’enquête enseigne également que les Français vivraient plus volontiers l’expérience d’un plan à plusieurs dans leur intimité, ou chez un autre couple, plutôt que dans un lieu dédié, par exemple un club libertin. 22 % d’hommes, contre 11% chez les femmes, aimeraient se rendre dans un club libertin. Mais, au-delà du fantasme, on s’aperçoit que les couples qui sont réellement passés à l’acte ont préféré, dans leur grande majorité, le faire en club. C’est l’un des enseignements d’une étude du sociologue Denis Fruleux, qui affirme que plus de 70% des couples s’étant servi d’une annonce (par exemple sur Internet), ont préféré donner les premiers rendez-vous en club.

Motif invoqué : cela permet de se sentir en sécurité sans être obligé de passer à l’acte si l’envie n’est pas présente. Les clubs accueillent aussi, fréquemment, des non-libertins. Les femmes appréciant de s’exhiber en tenues ultra-sexy et caresser d’autres filles sous les yeux des compagnons voyeurs y sont très nombreuses. Du moins dans la zone « bar piste de danse », dont elles ne sortent pas, sauf pour jeter un coup d’œil furtif dans les coins câlins, et mémoriser des images qui pimenteront les ébats conjugaux. Les couples se rendant en clubs pour ressentir le frisson du libertinage sans sauter le pas sont certainement pléthore ! Mais il est difficile d’obtenir des chiffres… À quatre, ou plus… L’Ifop a interrogé les personnes en couple pour savoir si elles pourraient concrètement réaliser un plan à quatre, avec leur partenaire actuel.

Résultat :

Plus d’un homme sur trois en couple (35 %) – contre 16 % des femmes en couple – accepterait, pour autant que leur partenaire leur suggère. Contrairement aux idées reçues, il s’agirait pour elles de se faire plaisir (10 %), plutôt que de faire plaisir à leur conjoint (6 %). Au-delà du simple « plan à quatre »,

33 % des hommes et 20 % des femmes envisageraient de faire l’amour avec plusieurs personnes de sexes différents. En somme, de participer à une partouze. 6% des hommes (contre 3 % des femmes) l’ont d’ailleurs déjà fait.

La suite des résultats est à retrouver dans Wyylde : le Mag en kiosque depuis le 6 mai !
Pour le trouver près de chez vous c’est par ici et vous abonner c’est par .
Pour les abonnés Wyylde.com, le magazine est téléchargeable gratuitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.