Par Juliette Beck,

Il y a de ces secrets que l’histoire ne livre pas mais, en grattant un peu le verni, il est plutôt simple de voir la couleur de la peinture qui se cachait jusqu’alors. Il est bien connu que nos illustres ancêtres, créateurs des sociétés des différentes époques avaient eux aussi une vie sexuelle, et des fois bien plus créative que certain. Voici les 10 plus grands libertins de l’histoire. 

Mme de Longueville (1619-1679)
Celle, que l’on nomme la séductrice, était plutôt vouée au début de sa vie à vivre une vie pieuse tournée vers la religion. Lors de son premier bal au Louvre, tout change, lorsqu’elle comprend le pouvoir de séduction qu’elle possède. Usant de sa beauté, elle séduit à tout-va et enchaîne les mariages, les amants. Une libertine avant l’heure qui avait pour « mantra » de se laisser guider par ses passions.

Le Marquis de Sade (1740-1814)
Selon certains, Donatien Alphonse François de Sade serait le dernier vrai libertin, ayant vécu. Ses plus grandes frasques se sont déroulées dans les plus grands bordels de Paris. Le Marquis adorait notamment le pluralisme au lit et la pénétration anale. Ce riche aristocrate a mis à profit, son temps en prison, pour écrire des romans érotiques, qui ont fait de lui l’archétype du pervers sexuel, au point que l’on a forgé, dès 1834, un néologisme pour désigner la cruauté associée au sexe : le « sadisme ».

Louis XV (1710-1774)
Le Roi Louis XV dit le « bien-aimé » appréciait les femmes en quantité. Il rencontre Mme de Pompadour, une dame dotée d’un grand esprit. Elle devient sa maîtresse officielle en 1745. Leur passion se transforme, au fil des années, en amitié et elle créé le Parc-aux-Cerfs où des jeunes filles sont élevées pour finir dans le lit du roi. De plus en plus effrayé par les maladies et, au lieu de renoncer au plaisir charnel, il préfère prendre des filles de plus en plus jeunes. Les orgies continuent avec Mme du Barry, devenue Marquise par la suite, qui s’est ingénieusement retrouvée dans le lit du roi. Elle organise des dîners où les convives choisissent un nouveau partenaire au fil du repas.

Cléopâtre VII (69 av. J.-C. 30 av. J.-C.)
La préférée de la rédaction : « Reine de toutes les reines » elle est notre favorite pour son inventivité. Nombreuses sont les rumeurs qui courent sur la grande Cléopâtre. Elle aurait inventé le premier vibromasseur en demandant à ses esclaves d’enfermer des abeilles dans une gourde. On dit aussi qu’elle était tellement passionnée, que souvent, elle se prostitua : les hommes achetaient, de leur existence, une de ses nuits. Entre autres anecdotes on apprend que César avait pour habitude de la surnommer « bouche d’or » on vous laisse comprendre pourquoi.

Néron (54 av. J.-C. 68 av. J.-C.)
À l’époque, Néron était également connu comme le prince de la débauche. Parmi ses frasques qu’il faut retenir : Il a entretenu une prostituée, portrait craché de sa mère, les grandes mises en scène de ses jeux sexuels dans lequel il endossé le rôle du Lion, ses différentes relations avec de nombreux hommes, l’adultère, le viol. Joli palmarès pour l’époque.

La suite du Top 10 des libertins de l’histoire est à retrouver dans Wyylde : Le Mag actuellement kiosque. Pour le trouver près de chez vous c’est par ici et vous abonner c’est par . Pour les abonnés Wyylde.com, le magazine est téléchargeable gratuitement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.