Nouvelle d’un libertin : Orphée et Eurydice

Il lui disait  - Tu seras fidèle par la pensée, non par le corps. Cœur Doré se taisait, ses yeux avaient pleuré et brillaient de défi. Amoureuse de l'homme, pouvait-elle faire autrement ? Il lui disait - Tu ne m'appartiens que par ta pens...