Cette pratique concerne donc en priorité des couples hétérosexuels déjà initiés au plaisir anal – même s’il appartient à chacun de définir son genre, indépendamment de celui de ses parties génitales. Elle implique toutefois forcément un anus réceptif, et un strap-on actif.

Le choix du harnais est primordial : investissez dans un modèle confortable et adapté à la morphologie de madame. En fait de harnais, l’offre est très vaste : simples lanières, culottes, boxers, et même des modèles façon serre taille avec porte-jarretelles haut de gamme. La qualité du harnais détermine le maintien et le contrôle du dildo. Ne négligez pas l’esthétique : vous ne voulez pas que madame se sente ridicule. Du ultra SM clouté au sobre réaliste, en passant par le cosplay rose fluo, faites-vous plaisir ! Le dildo y est souvent attaché dans les modèles oldschool : vérifiez sa souplesse, et surtout que la base ne soit pas douloureuse contre le mont de Venus au premier coup de rein… Si le harnais permet d’attacher un dildo indépendant, n’hésitez pas à tester plusieurs modèles pour trouver votre bonheur. Commencez par un dildo classique, de taille moyenne : un faux pénis démesuré peut effrayer et blesser en cas de maladresse, mais un trop petit également, si l’anus et le rectum ne sont pas suffisamment ouverts et détendus…

PLEINE PAGE

Evitez les dildos nervurés, texturés, trop rigides et surtout, les modèles en « dur ». Le métal ou le verre sont très sexy et esthétiques, mais pas du tout adaptés à la fougue d’une pénétration au harnais. Le lubrifiant est chaleureusement recommandé, sauf perversion particulière. Gel à base d’eau ou de silicone… mais évidemment compatible avec la matière du dildo élu. On peut le recouvrir d’un préservatif pour éviter toute surprise (et faciliter le nettoyage).

Le pegging permet au mâle d’explorer le merveilleux potentiel érogène de sa zone anale : l’orgasme anal, absolu et ravageur, et aussi l’orgasme de la prostate (aka point P) avec lequel on le confond souvent, car bien plus documenté. Ces deux orgasmes permettent toutefois à l’homme, culturellement phallocentré, de s’ouvrir : la réceptivité et l’abandon (très différents de la « passivité »), font exploser les niveaux d’énergie et de jouissances. La femelle explore aussi le rôle actif, même s’il lui arrive plus souvent de l’exercer – lors d’une fellation, en amazone… L’expérience du coup de rein fait passer de l’autre coté du miroir, et provoque souvent une impression de « contre-sa-nature » fascinante. En explorant le complémentaire améliore la conscience de sa propre partie, et améliore le jeu. Cet échange de rôles « traditionnels » est donc bénéfique pour tous et toutes, et dans un couple, il crée une forme de complicité unique.

1

Monsieur profitera mieux de l’expérience en levrette, mais il peut aussi se plier contre le lit ou sur une table – « bend over boyfriend » incarnait ce fantasme, avant le « pegging ». Le missionnaire ou la spoon sont moins intenses, mais pratiques et confortables. Madame a la responsabilité de préparer le mâle : caressez l’anus, titillez-le pour qu’il s’ouvre, osez un rim job… Vous pouvez le masturber, ou lui ordonner de se branler : le plaisir pénien prépare et augmente le plaisir anal, surtout pour un débutant. Étalez du lubrifiant sur son cul, sur vos mains, sur votre dildo… Il n’y a jamais assez, ni trop de lubrifiant. Glissez le pouce dans son cul, ressortez, puis revenez avec un doigt, puis deux, cherchez son point P… Frottez votre phallus synthétique contre son fessier, glissez-le dans le sillon, revenez avec vos doigts, jusqu’à trois, massez et explorez…Quand enfin il est prêt, pénétrez le, lentement mais fermement, en tenant ses hanches ou en écartant ses fesses. Au bout de quelques centimètres, une courte pause permet à son rectum de se décontracter, et de sentir que vous le remplissez.

Enfoncez vous lentement, complètement, jusqu’à ce que vous soyez plaqués… Et enfin, amorcez les va-et-vient, en harmonie avec ses réactions… N’imaginez pas pouvoir imiter monsieur du premier coup (de rein) et apprivoisez le mouvement inconnu en jouant du bassin, aussi attentive à vos sensations qu’aux siennes, pour attraper le rythme et la bonne mesure. Un orgasme peut survenir : classique par masturbation, mais aussi un orgasme du point P, avec ou sans éjaculation, ou un orgasme anal, avec ou sans érection ni éjaculation… Avec un peu de chance (et du talent), il vivra un orgasme multiple dévastateur.

2

NIVEAU EXPERT

Les progrès de la science offrent aux adeptes expérimentés quelques fantaisies : attendez de maitriser les bases du pegging pour ne pas vous déconcentrer… Certains strap-on peuvent simuler une éjaculation. Il existe aussi des modèles vibrants, pour le dildo mais aussi pour la base, en contact avec la vulve, et d’autres avec un dildo interne, pour pénétrer madame.

Enfin, la toute dernière innovation technologique propose des double dildo strapless (sans harnais) dont le design est étudié pour tenir tout seul : une partie bulbe s’insère dans le vagin et stimule le point G, l’autre partie est un dildo dans le « prolongement du corps ». Les muscles du périnée suffisent à maintenir le sextoy, et chaque mouvement est ressenti par les deux partenaires… Sans harnais, mais pas forcément sans les mains : la plupart des utilisatrices, même dotées de muscles PC surpuissants, s’aident d’une main à la base du pénis, ou même d’un harnais pour éviter tout dérapage dans le feu de l’action. Mais toutes plébiscitent les sensations offertes par ces nouveaux jouets, Share ou Feeldoe, qui se déclinent même en vibrant, et avec stimulateur de clitoris : la plupart pensent que c’est leur lubrification (trop abondante tellement c’est excitant) qui empêche le strapless de tenir… .

 Le mot de Nathalie Giraud Desforges, sexothérapeute, fondatrice de Piment Rose

Si le terme « pegging » a moins de 10 ans, cette pratique sexuelle quant à elle, a été retrouvée peinte sur les murs des lupanars de Pompéi.

Qu’en est-il pour la Femme pénétrante ?

Le deuxième sexe est bien dans la tête ! Prise de pouvoir, jeux de domination, une femme qui pénètre physiquement son partenaire trouve et ‘rentre’ dans sa dimension yang. Guerrière apaisée, elle donne du plaisir à son homme, un plaisir anal, souvent tabou. Dans ce jeu de rôle inversé où la partenaire pénètre son compagnon avec un gode ceinture, l’utilisatrice devient actrice et en jouit. Cette joie transgressive autour d’une sexualité pénétrative anale dépasse certains interdits moraux, culturels et religieux. De plus, il suffit que le strapon utilisé avec un harnais (tel le Beginners kit de Tantus) ou sans (comme avec le Feeldoe de Tantus ou le Share de Fun Factory, un dildo à ) soit muni d’un stimulateur clitoridien pour que la sensation devienne non seulement psychique mais aussi physique ! Une jouissance décuplée grâce à la vibration et à la stimulation du point G pour le sextoy sans ceinture !

Qu’en est-il pour l’Homme pénétré ?

Se donner, s’adonner pour mieux s’abandonner ! Quand l’homme pénétrant devient l’homme pénétré, il s’ouvre à sa dimension « yin », acceptante, accueillante, exploratrice. Outre l’aspect psychologique du plaisir de se rendre et de se soumettre à sa partenaire, l’homme peut accéder à un lâcher prise total où le contrôle est remis entre les « mains » de sa chérie. De plus, si les femmes ont un point G, les hommes ont un point P, leur prostate qui peut ainsi être stimulé, ainsi que toute la région anale riche de terminaisons nerveuses et donc de sensations. Un homme qui rentre dans le jeu du pegging, comme dans une autre pratique sexuelle, qui accepte d’être « pris » par sa compagne, est le plus souvent un homme ouvert dans sa sexualité, confiant, qui n’a plus peur ni de la Femme dans sa toute puissance sexuelle, ni de lui-même dans sa capacité à jouir autrement.

 Illustrations de Regards Coupables

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.