Par Stéphane Rose

Le dirty talk (« parler sale » en français), ce sont tous ces mots cochons et un peu vulgaires qu’on aime dire ou entendre pendant l’amour. Mais encore faut-il bien les utiliser… Vous rêvez de vous y mettre mais n’osez pas vous lancer ? Voici comment vous vautrer à votre tour dans les délices de la fange verbale sans brûler les étapes.

Première étape : Même si vous en mourrez d’envie, n’attaquez pas directement comme dans vos fantasmes les plus fous avec une personne que vous ne connaissez pas. Commencez soft. Messieurs, appelez votre partenaire « petite cochonne », mesdames, appelez votre amant « petit salaud »… Le « petit », complice et affectueux, permettra de l’amadouer et de l’amener en douceur vers un parler plus cru.  

Deuxième étape : Evoquez le corps de votre partenaire avec des vilains mots, mais de façon valorisante : «  elle est bonne, ta chatte », « elle m’excite, ta queue »… Vous associerez ainsi le gros mot à quelque chose de positif à ses yeux. Vantez de la même manière ses talents : « tu me suces bien, petite salope », « bouffe moi bien la chatte, ça m’excite ». Le compliment, également valorisant, vous conduira facilement à la phase suivante.

Troisième étape : Etoffez un peu le discours, tout en instaurant une forme impérative, mais toujours encourageante et valorisante : « vas-y, doigte-moi la chatte pendant que je te suce, ça m’excite. » Profitez-en pour abandonner le « petit/petite », devenu inutile : « Tu suces trop bien, arrête, je veux pas gicler tout de suite, mets-toi à quatre pattes, j’ai envie de prendre en levrette, tu m’as trop excité, je vais te défoncer, salope ».

Quatrième étape : Faites participer votre partenaire en lui posant des questions. Commencez par des questions auxquelles il/elle pourrait répondre par un simple oui : « Tu la sens ma grosse queue ? », « C’est ça que tu veux ? ». Posez-en régulièrement, jusqu’à l’instauration d’un dialogue. « Ils t’excitent mes seins ? / Oh oui putain j’ai envie de gicler dessus/ Non pas tout de suite j’ai envie que tu me prennes encore / Ah ouais ? T’aimes ça comme je te prends comme une pute, hein ? »

Et pour la cinquième étape, on laisse votre imagination salace prendre le relai !

Vos mots sales préférés

« J’aime les mots dévalorisants. Pute, salope, traînée, radasse… Ca m’excite. Par contre il faut que je sente que c’est un jeu et que le mec ne le pense pas vraiment, sinon ça me bloque direct »
Camille, 32 ans

« Moi ce que j’aime c’est le dirty talk associé à des injonctions. Quand une femme me dit « bouffe moi la chatte », « défonce moi », « claque moi le cul »… Ca me fait partir au quart de tour ! »
Nicolas, 35 ans

« J’adore dire « queue ». J’aime ta queue, elle est bonne ta queue, défonce moi bien avec ta grosse queue. Je trouve que le mot claque bien, comme une fessée pendant la levrette ! »
Alice, 23 ans

« Je suis un homme soumis, c’est l’essentiel de ma sexualité, et j’aime donc toutes formes d’insultes : esclave, lopette… […]

La suite dans Wyylde le Mag n°8 !

Pour le trouver près de chez vous c’est par ici et vous abonner c’est par .
Pour les abonnés Wyylde.com, le magazine est téléchargeable gratuitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.