La santé sexuelle est une notion assez vaste, mais qui devient très concrète dans la pratique du libertinage. Cela fait plus de 10 ans que je fais de la pluralité masculine et je me suis souvent retrouvée à devoir chercher par moi-même comment me protéger. Pas facile de trier le bon grain de l’ivraie.

Je vous livre mon petit retour d’expérience sur mes 10 meilleurs tips de santé sexuelle : 


1/ Votre santé sexuelle est dans vos mains (au sens propre comme au figuré)

En état d’excitation sexuelle, nous sommes tous plus enclins à faire tout et n’importe quoi (c’est prouvé scientifiquement par Dan Ariely, un sociologue qui a mené une expérience sur des étudiants de Berkeley). Et pourtant, la personne responsable de vous : c’est vous!
Concrètement, par exemple quand je suis en soirée, je ne présuppose jamais que mes partenaires vont mettre un préservatif. Je vérifie moi-même avec mes petits doigts à l’entrée de ma chatte que tout sexe/objet qui me pénètre est recouvert d’un préservatif. Je prends souvent à pleine main la belle b*te de mon partenaire à l’insertion et au moment du retrait pour être sûre que le plastique est bien positionné et n’a pas glissé.
Petite astuce en plus: si vous êtes attaché.e, déléguez cette responsabilité à une personne de confiance qui fera attention pour vous.

giphy (16)

2/ Évitez les fantaisies en matière de « matières »
Les lubrifiants, les préservatifs, les plastiques de sextoys, c’est comme les paquets d’apéritifs et de plats préparés : plus la recette est compliquée à comprendre, plus on est certain d’être en présence d’un produit industriel, avec des exhausteurs de goûts, des parfums, des colorants, des trucs pas très cool en fait pour la zone génitale, relativement fragile. Pour les femmes, selon les gynécologues, il faudrait juste se laver la chatte à l’eau fraîche, parce qu’elle se régule toute seule (et oui, j’appelle une chatte une chatte)… donc privilégiez les produits simples. Et pourquoi pas tenter les sextoys en bois physiologiques d’un artisan français comme Idée du désir, les préservatifs sans latex et les lubrifiants bio? Ça existe, autant en profiter!

3-modele-1001Sextoys Idée du désir

3/ Dites non aux remarques du genre « Avec le préservatif, je ne ressens rien » ou « ils sont trop petits… bla bla bla.
Avec la technologie moderne vous pouvez avoir des préservatifs de toutes les tailles, de toutes les épaisseurs.
Petite astuce en plus : Faites des essayages, passez faire votre sélection avec l’aide d’un expert comme au Roi de la capote et ça devrait bien se passer.

giphy (17)
4/ Les sexologues sont nos amis
On va trop souvent les voir quand il est trop tard et que le problème est installé, mais la santé psychique compte autant que la santé physique. Si vous sentez que vous avez des questions sur la sexualité, votre désir, vos pulsions, vos pratiques, vos relations libertines, surtout n’hésitez pas à en parler. Les sexologues et sexothérapeutes auront une oreille attentive. Et là encore, si vous vous sentez jugé.e.s… pas de polémique : changez de praticien.
Une petite astuce en plus : les séances peuvent se faire aussi par Skype (je sais que Nathalie Giraud par exemple propose cette possibilité).

5/ C’est important d’aimer faire la vaisselle 
Oui, là vous vous dîtes que j’ai craqué. Mais pas de tout! Si vous possédez des sextoys, c’est bien de les laver après chaque utilisation. Faites-le pour eux… et pour vous.

giphy (18)
6/ Dites tout au médecin de votre choix
C’est essentiel de choisir un médecin à qui vous dites tout de vos pratiques libertines pour qu’il adapte les tests sanguins à votre situation (votre médecin traitant ou celui juste à côté que vous ne viendrez voir que pour votre santé sexuelle). Ça paraît tout simple et à la fois très gênant mais vous éviterez les tests à la légère. Par exemple, au début mon médecin me prescrivait des tests très sommaires et ne comprenait pas que j’insiste tous les trois mois : je suis mariée, j’ai l’air d’une femme bien sous tous rapports (et je le suis). Bref, il a fallu que je lui explique ma sexualité pour qu’il me prenne au sérieux. Donc choisissez un médecin référent/confident pour votre santé sexuelle. Si ce dernier vous fait la morale, surtout ne discutez même pas : changez-en, vous avez besoin d’une personne de confiance.
Petite astuce en plus : n’hésitez pas à fréquenter les centres de dépistage gratuits. Vous serez un.e anonyme parmi les autres et ne serez pas jugé.e.s.
Bon à savoir : on ne parle plus de MST (Maladies Sexuellement Transmissibles) mais d’IST (Infections Sexuellement Transmissibles) car elles ne se déclarent pas forcément en maladie mais peuvent vous infecter dans un premier temps.

7/ Check ton sexe et ton corps
Je fais référence à une petite BD bien sympathique « Check ta chatte« , car il faut bien l’avouer, la première personne à faire attention à vous dans les moindres recoins : c’est encore et toujours vous pour votre plus grand plaisir. Se toucher, se caresser, s’explorer avec des mains bien propres, c’est ressentir son corps, le laisser parler, montrer ses petits problèmes. Donc écoutez et regardez-vous régulièrement, sous la douche, avant la masturbation (c’est vrai qu’après, on somnole souvent).

 

chatte1small

8/ Regardez le sexe et le corps de vos partenaires
L’idée ce n’est pas de virer parano, mais de savoir dépister les autres infections les plus bénignes. Honnêtement celles liées au virus de l’herpès sont faciles à identifier et il faut en parler parce que la personne en face de vous n’a peut-être même pas conscience d’être contagieuse : un petit bouton de fièvre au bord des lèvres, pas de bisous ni de rapports buccaux génitaux (même si l’herpès labial et l’herpès génital sont différents, c’est bien d’éviter d’être en contact avec ces virus). Les condylomes aussi sont super faciles à voir sur le sexe d’un partenaire (ça fait une petite excroissance de chair près du sexe). C’est tout simple, mais c’est contagieux. Un petit rhume aussi peut être une prise de risque. C’est vous qui gérez mais si vous embrassez une personne malade… Vous risquez l’arrêt de travail (et ce serait dommage de comater tout.e seul.e chez soi). Bref, il n’y a pas de risque zéro, mais un peu de vigilance réduit vos risques de mettre votre santé en danger.

giphy (19)
9/ C’est possible de faire l’amour en toute sécurité pendant ses règles si on en a envie
C’est un conseil spécial filles qui me vient de Miss Flo: il existe des petites éponges à insérer au fond du vagin pendant les règles et du coup si vous vous sentez chaudes, vous serez à l’aise avec votre intimité (dans le cas où les règles dérangent votre/vos partenaire.s parce que ce n’est pas le cas de tout le monde). Il existe aussi maintenant des pilules microdosées sans cycle ajouté (et oui, avoir ses règles quand on prend la pilule ça n’a pas de sens, je vous laisse écouter lire les explications du docteur Vignal sur prevenirlecancer.fr si le sujet vous intéresse). Sentez-vous libre.

beppybox
Allez, un dernier conseil bien utile :
10/ Surtout prenez votre courage à deux mains
Il faut être lucide, ça va arriver un jour, vous aurez a minima une petite mycose ou une autre infection sexuellement transmissible (que ce soit génitale ou pas d’ailleurs). Restez calme, soignez-vous et faites la liste des partenaires que vous auriez pu contaminer et… envoyez leur un SMS concis. C’est là que ça demande du courage. Mais vous aurez la conscience tranquille et la satisfaction du devoir accompli.

giphy (20)

Retrouvez Eve de Candaulie sur son blog : http://evedecandaulie.fr

4 Réponses

  1. Pamy

    Très bon article dans l’esprit, auquel je me permet de rajoutez un point important/utile :
    -Faites vous vacciner contre l’hépatite B. C’est une IST de moins à attraper, et elle se transmets par des rapports oraux-génitaux ( or j’ai vu très peu de fellation avec préservatif dans ma vie libertine).

    Et 2 – 3 astuces : en cas d’infection urinaire en + du traitement que votre médecin vos prescrira, le jus de cranberry (canneberge) ça aide. En cas de douleur après un rapport anal, la titanoréine ça aide. pour le nettoyage des sextoy, des produits spécialisés peuvent aider.

    Répondre
  2. Charlie

    Excellent et super important, tu parles des bases de toutes pratiques et de toute rencontre même plus standard. Il serait d’ailleurs bon de faire passer cet article dans les facs ou lycée. Je valide (je suis fille de medecin jugeur) si votre medecin / praticien / psy vous juge faites lui une bises et cassez vous 🙂
    Pour la vaisselle il y a même des sextoys (verre, bois, metal, ceramique, pierre) qui passe tres tres bien au lave vaisselle.
    Et vive le roi de la capote pour les parisiens ils sont supers gentils et super competents les couillons couillonnes comme moi qui sommes en province … y a des gens qui testent des capotes donc …
    Merci Eve c’est super important cet article. Croire que « ca va de soi » c’est en général le premier debut des soucis alors merci de le mettre sur le tapis
    Charlie

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.