Bonjour Églantine, pouvez-vous  vous présenter svp ?
Bonjour, j’ai 29 ans, en couple avec “Lui”, avec qui j’anime le blog objetsdeplaisir.fr depuis 2012, contexte dans lequel j’ai eu l’occasion de tester des dizaines ( ou centaines ? ) de sextoys et autres produits liés.
On ne sait plus trop où les stocker, mais ceci mis à part,  on est très heureux de tenir ce blog.
Je passe mon temps libre à faire des rencontres libertines, fouiller le net à la recherche de trucs drôles et intéressants liés à la sexualité, et bien sûr, à tester des sextoys !
Sinon, j’aime beaucoup les chats 🙂

Vous êtes libertine, d’ailleurs inscrite  sur Wyylde, depuis quand libertinez-vous ?
Depuis environ 3 ans. Nous avions alors souhaité essayer de passer un séjour dans un établissement libertin, “juste pour voir”,  ce qui nous a fait découvrir le milieu et rencontrer des gens fabuleux.
Quant à Wyylde, nous, il nous sert de réseau social du milieu libertin: on s’en sert pour rester en contact avec les gens qu’on rencontre, s’échanger les pseudos pour discuter plus tard, ou s’informer des prochaines sorties, publier des photos, discuter, etc..

Vous souhaitez ne pas diffuser votre pseudo pourquoi l’anonymat est important à vos yeux ?
Nous préférons bien séparer nos vies professionnelles de nos vies privées, c’est la même chose pour le blog. Occasionnellement, on peut le mentionner aux gens qu’on rencontre, mais on n’arrivera pas vers eux avec notre blog comme sujet de conversation. De toute façon, si le feeling passe entre nous et les personnes qu’on rencontre, on pourra toujours le mentionner plus tard si la discussion d’y prête !
Et de manière plus générale, une certaine dose d’anonymat est aussi une sécurité pour nous. Nous n’avons pas spécialement envie que notre entourage non libertin soit au courant de notre vie sexuelle.

Vous gérez le blog Objets de plaisir, c’est votre seule activité ?
Non, nous avons tous les deux un emploi à temps plein et tentons simplement de trouver le temps de gérer le blog dans notre temps libre, le soir, le week-end. Lui s’occupe principalement des photos et de toutes les parties techniques, tandis que je me consacre davantage à la rédaction et.. ..aux tests eux-même !
Nous avons aussi passé un bon moment à réaliser des tests vidéos et écrits pour le magazine Union.
Ce n’est pas toujours évident, mais pour l’instant, nous y arrivons.

Comment avez-vous eu l’idée de créer ce blog ?
Après plusieurs achats de sextoys. On commençait à avoir une (toute petite) collection, et certaines “pièces” de ladite collection étaient vraiment décevantes pour leur prix tandis que d’autres nous servaient quotidiennement. On s’est dit que ça pourrait être sympa de partager notre opinion sur ces objets qu’on avait, et on a ouvert un petit blog. Comme on a eu rapidement quelques petits retours positifs, ça nous a motivé à continuer.

Le blog est spécialisé dans les sextoys, comment se déroulent vos choix et vos tests ?
Nos choix sont premièrement: qu’est-ce qui nous intéresse à nous, et qu’est-ce qui peut intéresser nos lecteurs ? Ensuite, il faut trouver une boutique où un fabricant que ça intéresse aussi de voir le test, ou bien acheter le sextoy. Certaines marques nous proposent aussi des produits, nous sommes souvent partants, mais ça nous arrive quand même régulièrement de refuser quand on pense qu’il n’y a pas de quoi faire un article intéressant dessus.
Le déroulement des tests est assez simple. On les reçoit, on n’y touche pas tant que les photos ne sont pas prises (ce qui est des fois frustrant !), une fois ceci-fait, ils sont “testés” méticuleusement, soit seule, soit en couple, puis après un échange d’opinion entre nous, la rédaction de l’article peut commencer, c’est l’étape qui prend le plus de temps.

Ce n’est pas lassant d’avoir à les utiliser tous ?
Pas du tout ! C’est toujours un plaisir d’en recevoir et d’en essayer un nouveau. Certains finissent rapidement au placard, mais d’autres restent à portée de main, et détrônent leur prédécesseur.

Le sextoy est-il le nouvel amant des femmes ?
Je dirais plutôt que c’est le nouveau pote libertin des femmes (et des hommes). Car s’il peut s’avérer très “pratique” en solo, il s’intègre aussi à la perfection dans un couple, et même dans les ébats libertins.

Vous avez aussi une section conseils, concernant la lingerie, l’érotisme, la sexualité, expliquez nous l’importance de ces catégories.
Côté lingerie, nous partageons parfois notre avis sur des vêtements sexys. C’est grosso modo la même démarche que pour les tests de sextoys. Lors d’un achat de fringues en ligne, on ne sait pas toujours à quoi s’attendre – et encore moins lorsqu’il est question de lingerie érotique : le rendu est certes parfait sur le mannequin photographié pour vendre le produit, mais sur la nana qui le portera après achat, ça va donner quoi ? Bon, on ne peut pas dire comment le vêtement ira à une personne spécifique, mais un test peut déjà aider à se faire une idée des différences auxquelles s’attendre entre la photographie de présentation et un essayage réel.
Concernant l’érotisme et la sexualité, en fin de compte, nous donnons très peu de conseils sur le blog. Mais nous parlons souvent de nos trouvailles en matière d’érotisme après avoir fouiné aux quatre coins du web, et parfois, nous interviewons des personnes à propos de leur sexualité.

Quel est pour vous le sextoy le plus fun ?
Son test n’est pas encore écrit, mais nous avons pu faire l’acquisition d’une fucking machine assez conséquente. Efficacité ou attrait mis à part, c’est quand même fun d’avoir une fucking machine chez soi non ?

Le plus original ?
J’hésite entre le SelfDelve Aubergine (grosso-modo, une aubergine en silicone), les godes en bois d’Idée du Désir  car ils sont tous faits mains, customisables et numérotés, le Fleshlight Alien (comme son nom l’indique) ou encore le Svakom Gaga, qui fait caméra endoscopique..
Il y en a aussi beaucoup qu’il nous reste à tester ou à nous procurer.

le gode SelfDelve Aubergine

Désir Papillon d’Idée du Désir

Svakom Gaga

Le masturbateur Fleshlight Alien

Le plus orgasmique ?
N’importe quel vibro ultra puissant de type Magic Wand / Fairy !

Magic Wand

Fairy

Un conseil à donner à nos membres ?
– A ceux qui n’ont pas encore osé franchir le pas: Ne vous forcez pas, mais n’hésitez pas non plus !
Commencez par exemple par faire un tour en touriste dans un club réputé, vous serez toujours à temps de faire demi-tour si vous n’êtes pas à l’aise !
– Au autres: N’hésitez pas a inclure des sextoys dans vos rencontres, ça ne fait que pimenter les soirées
– Enfin, allez faire un tour sur notre blog 😉


Voici un extrait du dernier article publié sur le blog :

 » Ecrit le par dans la catégorie Sextoys.

Le Satisfyer Pro 2 est une nouvelle alternative au Womanizer : un sextoy clitoridien qui, au lieu de stimuler l’organe érogène par des vibrations “classiques”, combine un effet d’aspiration et des pulsations.

Donner le suffixe “Pro” à des noms de vibros semble être la tendance du moment. Certes, il est techniquement possible d’utiliser cet engin de manière professionnelle, par exemple si vous êtes camgirl, ou VRP dans la vente de sextoys… Mais ce n’est pas l’usage que lui réservent la majorité des femmes qui mettront le clito la main dessus.

Nous avons deux exemplaires du Satisfyer Pro2, l’un envoyé par la boutique Kisskiss.ch peu après sa sortie, le second, récemment fourni par la marque Satisfyer. Entre les deux modèles, on remarque quelques subtiles différences, petites améliorations apportées discrètement. En effet, pour couper court à des rumeurs de violation d’un brevet détenu par Womanizer en Allemagne, Satisfyer a conçu une nouvelle version de son vibro non-suceptible de correspondre au dit brevet, améliorant un brin le modèle au passage, mais sans changement radical. Quoi qu’il en soit, la seule version du Satisfyer Pro 2 actuellement commercialisée est celle ainsi améliorée. C’est donc sur celle-ci que nous allons nous focaliser.

La marque nous a aussi envoyé le Satisfyer Pro Penguin, une variante rose de petite taille, et le Satisfyer 2 “pas professionnel du tout”.

Mais commençons par le test du Satisfyer Pro 2…. « 

La suite de l’article ICI


Si vous aussi vous souhaitez faire l’interview by Wyylde, contactez moi sur Sabrina@wyylde.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.