Crédit photo : X-files

A l’occasion de la sortie du film L’infiltrée de Marc Dorcel, Sabrina s’est infiltrée dans les bureaux de Dorcel pour questionner les actrices sur leur vision du libertinage et leurs petits secrets coquins!

Le libertinage est devenu un mode de vie pour beaucoup de gens de moins de 45 ans, et le porno y a fortement contribué, mais les actrices/eurs porno sont-ils libertins ?

Mina sauvage : Bonjour, je suis Mina, j’ai 21 ans, de Montpellier, j’ai commencé le X depuis 2016 chez Dorcel. Je connais Wyylde grâce aux réseaux et Anna Polina mais je n’ai jamais été libertine , ni pratiqué le libertinage. J’ai été dans un club libertin mais seulement pour tourner un film.

Mina Sauvage

Ania Kinsky: J’ai 40 ans et j’ai commencé en 2014, je suis libertine, j’ai débuté le libertinage à l’âge de 30 ans. Je suis une femme qui s’assume, je connais mes fantasmes, ma sexualité et mes envies. C’est grâce au libertinage que j’ai commencé à avoir des fantasmes et que j’ai commencé à m’intéresser au milieu du porno. Cela m’a permis de rencontrer des personnes dans le milieu du charme. En 2013 j’ai commencé à travailler pour les salons de l’érotisme, je me suis lancée dans le striptease où je faisais des shows pour les salons. Cooptée par mon amie Claire Castel et par mes fans qui m’encourageaient et me motivaient pour faire de la vidéo car ils souhaitaient me voir sur l’écran. J’ai donc fait une première vidéo, ça m’a plu, je me suis sentie à l’aise devant la caméra. Le côté exhibitionniste m’excitait ainsi que savoir qu’il y a des personnes qui vont regarder le film après sur l’écran. A partir de là, je me suis réellement lancée en tant que professionnelle dans le milieu du X. Mes vidéos ont eu beaucoup de succès, ça a plu jusqu’à aujourd’hui, je m’éclate dans ce métier en tant qu’actrice de charme.

Ania Kinsky

C’est grâce au libertinage que j’ai commencé à avoir des fantasmes

Cassie del Isla: J’ai 26 ans, et à vrai dire j’ai essayé le milieu libertin il y a quelques années de ça avec un de mes ex.  Nous en avions discuté avant, pas parce que on s’ennuyait dans notre vie sexuelle, mais parce que nous avions envie d’avoir de nouvelles expériences, de choses nouvelles jamais tentées. Nous avions un couple d’amis qui tenait un sauna club libertin, alors nous y sommes rendus, on s’est échangé avec d’autres personnes, mais cela ne m’a pas du tout branché, mon ex non plus d’ailleurs. Aujourd’hui encore j’ai réessayé avec mon mari, mais cela ne me tente pas, je dois être égoïste et ne souhaite pas partager mon chéri. Je prends énormément de plaisir avec mon mari, et chaque fois que j’essaye un autre partenaire, je suis déçue. Par contre je trouve que dans les clubs libertins il y a un grand respect envers les femmes et les couples; à partir du moment où ils ne souhaitent pas faire quelque chose, la personne en face n’insistera pas. Dire non mais dans le respect et la gentillesse. Mais au niveau plaisir je ne m’y retrouve pas, j’aime aller dans les clubs libertins, jouer, embrasser, toucher, caresser, cela m’excite mais aller plus loin non car je m’ennuie. J’aime la séduction dans le libertinage, les dessous sexys, l’acceptation de l’autre, le fait qu’il n’y ait pas de jugement de l’autre. Je me considère comme côte à cotiste, j’aime beaucoup ce côté-là.

Cassie del Isla

Dans les clubs libertins il y a un grand respect envers les femmes et les couples

Le libertinage est devenu un fantasme courant, très à la mode, avez-vous déjà tourné dans un film qui s’en inspire?

M.S: Oui j’ai tourné dans «Épouse parfaite», ça parle de maris qui échangent leurs femmes, dans Luxure aussi, des films qui parlent d’échangisme et de libertinage. Je pense que c’est devenu peut-être à la mode, que c’est bien mais qu’il ne faut pas en faire une habitude. Sinon ça perd son sens. Si tous les week-ends on sort en club où on fait du libertinage, finalement ça devient une habitude, et ça perd de son charme. Il faut le faire à demi-mesure.

Sabrina Wyylde & Ania Kinsky

A.K: Oui, j’ai tourné un film pour Canal +, je ne sais pas s’il est sorti ou pas, il s’inspirait du libertinage et donc des libertins qui sortent en soirée privée. Dans beaucoup de films, on peut retrouver des scènes entre filles, des partouzes, des petits clins d’œil qui montrent que les personnages côtoient le milieu du libertinage.

C.D.I: J’ai joué dans un film de Jacquie et Michel avec Valentina Ricci, où je joue le rôle d’une épouse. Lassée de son mari, elle ramène un beau black bien membré à la maison, et force mon époux à me regarder me faire prendre par cet étalon. Je prends du plaisir à rendre mon époux candauliste. Et à la fin du film on apprend que le mari était totalement consentant , que cette situation de cocu l’excitait.

Un film qui vous a marqué en particulier?

MS: C’est le premier film que j’ai tourné: l’Héritière, il parle de la revanche de la fille d’un homme qui a été tué, elle pense que c’est sa maîtresse l’assassin. C’est une enquête policière mais avec du porno.

Mina Sauvage

J’ai déjà fait un trio avec mon chéri

Êtes-vous tentée par ce type de relation? Seule ou avec un compagnon?

MS: Peut-être avec mon partenaire, pour faire des petites choses sympas, mais aller dans un endroit dédié au libertinage, cela me paraît un peu glauque. J’ai déjà fait un trio avec mon chéri  et avec un autre homme, mais cela reste occasionnel, une fois par an!

A.K: Le milieu du libertinage est un milieu très ouvert, très tolérant. Ce mode de vie me convient très bien. J’apprécie les personnes qui ne jugent pas les autres. Plusieurs de mes amis sont libertins, on se voit souvent, nous faisons la fête, ensemble. En tant qu’actrice je côtoie seulement les personnes très ouvertes d’esprit, donc généralement des libertins; il est très difficile pour moi d’être amie avec des personnes qui ne peuvent pas comprendre mon mode de vie. Je me suis rendu compte que mes amis sont ceux qui ont le même mode de vie que moi, ou des personnes ouvertes d’esprit tout simplement et qui ne me jugent pas. Je partage le libertinage avec un partenaire, en ce moment je fais rarement de nouvelles rencontres, vu mon emploi du temps je privilégie mes connaissances libertines.

Ania Kinsky

Le milieu du libertinage est un milieu très ouvert, très tolérant

Avez-vous un fantasme à nous raconter?

MS: J’aimerai faire un plan avec 3 hommes noirs, trois Apollon juste pour moi.

A.K: Le porno m’a permis de réaliser plusieurs de mes fantasmes. Cependant l’un de mes fantasmes reste les lieux insolites. Ce n’est pas vraiment une pratique, mais les lieux insolites ça m’excite beaucoup comme au cinéma, dans l’avion, dans les jardins. Les situations imprévues, les situations coquines auxquelles on ne s’attend pas du tout.

C.D.I: Pendant des années j’ai eu un grand fantasme, m’envoyer en l’air avec mon patron. Mon fantasme a été réalisé et aujourd’hui je suis mariée avec mon patron.

Cassie del Isla

Un grand fantasme? M’envoyer en l’air avec mon patron

Le sexe et l’argent

L’univers des trafiquants, des espions est-il érotique pour vous?

MS: C’est un film différent des autres, ça change, on y retrouve des bads boys, du sexe, c’est ce que les jeunes regardent en ce moment. Les jeunes d’aujourd’hui fantasment là-dessus.

A.K: Le sexe est lié aux vraies situations dans tous les domaines dans la vie, il y a le sexe. On ne peut pas dire que le milieu de la drogue et de la mafia n’est pas un milieu pour le sexe. Ce mélange de milieux entre trafiquants, mafieux. C’est la première fois qu’il y a un film de fait sur ce mélange de milieux, entre trafiquants et mafieux. Avec un vrai triller, une vraie histoire de trahisons, de l’argent et du pouvoir mêlés au sexe, ça rend le film génial.

C.D.I: le côté interdit est sexy et excitant. Comme l’anal, on sait que c’est interdit et c’est ce qui le rend encore plus excitant!

Il y a une scène de sexe sur des billets de banque: l’argent est-il sexy chez un homme?

MS: Je pense que pour beaucoup de femmes, l’argent est preuve de pouvoir. Du coup le pouvoir ça excite!

A.K: L’argent donne le pouvoir. Mais je ne pense pas que dans la vraie vie que cela donne tout, ce n’est pas l’argent qui fait que l’on soit excitée, moi en tout cas cela ne m’excite pas, mais ça arrive que certains le soient.

Sabrina Wyylde & Cassie del Isla

Le pouvoir ça excite!

C.D.I: Ça peut avoir un côté sexy, mais c’est surtout le côté fantasme, s’imaginer un jour riche comme crésus et jeter les billets en l’air, se rouler dedans, et s’envoyer en l’air dessus. C’est quelque chose de fantasmé par beaucoup. J’ai adoré cette scène, mais ce n’était pas de vrais billets!

Si vous deviez choisir entre un homme riche mais nul au lit et un homme pauvre mais excellent amant, qui prendriez-vous?

MS: Je préfère largement un très bon partenaire avec moins d’argent! Ça ne s’achète pas ça.

A.K: Ce sera pour moi la seconde option! D’une manière générale, l’argent ça ne rend pas heureux dans la vie. Dans ma vie amoureuse, je ne pourrai jamais choisir d’être avec quelqu’un seulement pour l’argent si ce n’est pas une personne qui me rend heureuse. On peut être amoureux de l’argent pendant une période, pour la fascination, le pouvoir. Mais si vous n’êtes pas amoureuse, et pas comblée dans la vie sexuelle, alors vous vous retrouverez dans un style de vie qui ne vous intéressera pas, où vous vous ennuyez. Je trouve qu’il faut être guidé par sa conscience et ses émotions et non par l’argent.

C.D.I: Je choisis l’excellent baiseur et pauvre, car même s’il n’a pas d’argent et qu’on dort dehors il pourra me réchauffer en me baisant.

Il faut être guidé par sa conscience et ses émotions et non par l’argent

Mina Sauvage, Ania Kinsky et Cassie del Isla

L’infiltrée

Sortie le 02.10.2017 en VOD sur DORCELVISION et CANALVOD, en DVD sur DORCELSTORE.COM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.