Je m’appelle Peepoodo j’aime bien chanter quand il fait beau, ensemble on fait les fous on dit bonjour aux animaux, chaque jour est un mystère c’est l’aventure qui nous attend, ohlala je m’demande qu’est-ce qui va bien nous arriver ! 

Le générique d’intro des épisodes de Peepoodo ne laisse rien présager, à part une petit bestiole toute mignonne évoluant dans un univers édulcoré avec ses copains les animaux de la Forêt Jolie. DETROMPEZ-VOUS.

Derrière cette production à l’apparence enfantine se cache un scénario très trash, où la sexualité est abordée sur un ton extrêmement libre et décomplexé. Dernier né de Balak (Les Kassos, Last Man…), ce dessin animé a été mis en ligne sur la plate-forme gratuite Blackpills en juillet dernier. De son nom complet, Peepoodo and the superfuck friends, la série comptabilise au total 18 épisodes d’environ 4 minutes.

Diffusés sur YouTube il y a quelques semaines, les épisodes ont quasi-automatiquement été supprimés… Sans grande surprise. La plateforme est très stricte concernant le contenu qui y est déposé, et le petit Peepoodo n’a pas dérogé à la règle.

Regardez-moi ce zizi volant

Entouré de ses amis Groscosto, Kévin, Lilifan et Docteur Lachatte, Peepoodo découvre les problématiques de la sexualité d’aujourd’hui à travers des situations toujours plus cocasses :

Découvrir le plaisir prostatique avec des carottes, comprendre le poids du patriarcat en se faisant transformer en pénis, ou encore la masturbation avec un jeu vidéo… Ah si, on a failli oublier les MST à travers une chanson qui reste (beaucoup beaucoup) en tête. A vous de juger :

Vous l’aurez compris, cette production française n’a pas froid aux yeux (ni aux parties intimes visiblement) pour pouvoir parler le plus librement possible de sexualité. Comme quoi, on est pas obligés de se plonger dans des livres d’anatomie !

🐹 Retrouvez tous les épisodes de Peepoodo & the Superfuck Friends gratuitement sur Blackpills 🐹 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.