Qui n’a jamais eu envie de faire l’amour dans sa salle de sport ? Toutes ces phéromones dans l’air, tous ces corps toniques, ça émoustille forcément. En tout cas, personnellement, ma libido est toujours au top lorsque je sors de la muscu. Je vais vous raconter la seule fois où j’ai baisé dans ma salle de sport.

A cette période-là, j’avais les hormones en folie et je me masturbais beaucoup. Mais genre, beaucoup, beaucoup. Parfois en regardant des pornos, parfois en repensant à des filles avec qui j’avais couché et, d’autres fois, en matant les replays des meilleurs lives sur Wyylde. J’adore regarder des amateurs qui s’exhibent comme ça. Je trouve d’ailleurs que, certains et certaines, sont bien aussi doués que des stars du X.

Bref, je me souviens que j’étais en train de regarder un trio assez hot lorsque j’ai reçu un message sur le chat de ce super site de rencontres coquines.

C’était une libertine, célibataire, de 25 ans, qui répondait à un message que je lui avais envoyé deux jours plus tôt. Mieux vaut tard que jamais, comme on dit…

J’ai fini de me branler puis suis allé re-jeter un œil à son profil. Nous avons un peu discuté tandis que je me rinçais l’œil à regarder les photos de sa merveilleuse silhouette.

Nous avons passé la soirée à papoter. Messages après messages, j’ai appris qu’elle habitait dans le même quartier que moi à Lyon 6 et que nous fréquentions la même salle de sport.

C’est grâce à cette fabuleuse coïncidence que nous nous sommes mis d’accord pour nous rencontrer dans notre club respectif.

Une fin d’après-midi, nous nous sommes donc donné rendez-vous dans la salle d’eau du club. La salle aquatique c’est un endroit où il y a une piscine, un sauna ,  un hammam et des douches.

C’est dans le hammam que j’ai rejoint cette jolie libertine. Claire est une jolie brunette qui, à vue d’œil, faisais 45kg pour 1m60. Une bombe, quoi ! Dans le sauna, nous nous sommes assis l’un à côté de l’autre et nous nous sommes plu. Je n’avais pas forcément prévu de coucher avec elle dans la salle de sport mais j’ai particulièrement aimé son côté entreprenant. J’aime les filles qui n’ont pas froid aux yeux !

Nous n’étions que tous les deux dans la pièce alors elle a rapidement commencé à balader sa main sur mon torse. J’aurais sans doute dû l’embrasser à ce moment-là mais j’ai préféré lui proposer de venir prendre une douche avec moi. Je n’avais pas envie de faire l’amour dans le hammam… Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de faire l’amour dans un hammam ou dans un sauna mais moi oui, et je peux vous certifier que c’est une mauvaise idée. On y étouffe!

Nous avons attendu d’être entre deux cours d’aquabike puis nous nous sommes jetés dans la première cabine de douche que nous avons trouvée. La salle aquatique, c’est le seul endroit de notre salle sport où il y a des douches mixtes.

Derrière une vitre opaque, nous avons enlevé nos maillots de bain. Oh, putain, que c’était excitant ! Je me suis cru dans mon club libertin préféré. J’étais très à l’aise avec ma nudité et ma trique. Je bandais déjà bien dur à ce moment, parce que je me projetais dans les ébats et pensais aux orgasmes que nous allions partager.

Elle m’a embrassé sur la bouche, puis dans le cou, puis le long de mon torse et est descendue jusqu’à mon sexe. Elle m’a d’abord pris dans sa main. Puis, a goûté ma queue du bout de la langue avant de la prendre complètement en bouche.

Elle m’avait fait un peu attendre avant de vraiment commencer à me pomper donc c’était comme une libération. Mon sexe, déjà dur, a continué de grossir et de se tendre dans sa bouche. Elle avait l’air d’aimer cette sensation.

Entre la peur de nous faire surprendre et le fait que cette rencontre libertine m’excitait au plus haut point, je dois vous avouer que j’ai rarement bandé aussi dur.

Ensuite, elle s’est relevée et c’est moi qui me suis bien occupé d’elle. Passant ma main sur sa jolie petite chatte intégralement rasée, je me suis aperçu qu’elle était déjà bien trempée. Je la lui aurais bien volontiers léchée mais ce n’est pas pratique dans une cabine de douche. Dommage, j’adore sentir une femme jouir au rythme imposé par ma langue. Du coup, je l’ai retourné et lui ai simplement doigté le point G par derrière tout en caressant son clito par devant. « Hum, tu as des doigts de fée » a-t-elle gémi.

Au rythme des va-et-vient, je sentais ses jambes trembler, son ventre se contracter. Elle a même commencé à plier les genoux et à me dire qu’elle avait du mal à tenir debout.

« Jouis alors ! Laisse—toi partir ! » lui ai-je dit pour l’encourager. Ce qu’elle n’a pas mis longtemps à faire. Elle a poussé un soupir, ou plutôt un cri un peu étouffé, accompagné de gros spasmes.

Je l’ai ensuite embrassée tendrement, puis plus fougueusement, sur la bouche et sur ses seins. Mes baisers dans le cou la faisaient frissonner. Elle a repris ma matraque en main puis m’a prié de la lui mettre.

« Enfourne-moi maintenant » m’a-t-elle dit. J’adore qu’on me parle comme ça. C’est pas que j’aime forcément que l’on me donne des ordres mais quand c’est pour me demander quelque chose comme ça, je suis toujours ravi.

Le temps d’enfiler la capote que j’avais enroulée dans ma serviette en prévision et nous avons baisé en position levrette debout dans cette douche. En faisant, bien sûr, couler l’eau pour que cela couvre les bruits. Et il fallait bien ça parce que j’étais plus qu’en forme, mes coups de reins étaient bien puissants. A la fin, je la plaquais fermement contre le mur. Elle avait du mal à contenir ses gémissements, il fallait qu’elle exprime son plaisir alors j’ai posé ma main sur sa bouche. Ensuite, je l’ai retournée, elle était face à moi, et j’ai pris ses seins fermement dans mes mains tandis qu’elle s’accrochait à mon cou. Enfin, un coup de bite ultime l’a fait atteindre l’orgasme en même temps que moi. ..

Le souffle coupé, nous avons attendu cinq minutes puis sommes sortis chacun notre tour. Nous nous sommes enroulés dans nos serviettes et sommes allés dans nos vestiaires respectifs. Sauf que, durant le sexe, nous étions dans notre bulle et ne nous étions pas aperçus qu’un cours d’aquagym avait commencé. Les gens ne pouvaient pas nous voir à cause de la vitre opaque, mais ils ont peut-être aperçus 2 silhouettes bouger de façon plus que louche. J’avoue que j’ai eu très peur, sur le coup, de me faire surprendre et renvoyer de ma salle de sport. Surtout que j’avais oublié la capote usagée dans la cabine. Heureusement, personne n’a jamais fait aucune remarque là-dessus.

Le soir-même, Claire m’a écrit sur Wyylde. Elle me disait qu’elle s’offrait un petit plaisir solitaire en repensant à notre baise. Elle se masturbait tranquillement sur son lit. Du coup, j’ai fait de même.

Cependant, nous n’avons jamais retenté l’expérience à la salle de sport. A partir de ce jour-là, nous avons préféré nous voir chez moi ou chez elle. Mais c’est sûr que vivre ces montées d’adrénaline ensemble, ça crée des liens. Cela a donné lieu à une belle amitié… coquine !

Merci Wyylde !

Si vous avez bien ce texte érotique, sachez que j’en écris aussi sur mon blog. Comme celui-ci où je raconte la première fois que j’ai fait un massage érotique à une fille ou celui-ci où je raconte le meilleur plan à 3 de ma vie !  Je donne aussi des conseils sur le libertinage, par exemple, je raconte dans un article (et une vidéo Youtube) comment ça se passe une soirée libertine, en vrai.

Libertinement vôtre,

Fabrice Julien

Envoyez vos nouvelles érotiques par mail à Sabrina@wyylde.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.