C’est avec une légère appréhension que je pose la main sur la poignée de la porte d’entrée. J’ôte mes talons bruyants, mes pieds nus trouvent un sol froid et humide et je maudis un instant Xavier d’avoir eu cette idée ! Je vérifie une dernière fois le numéro sur la boite aux lettres, et c’est en espérant ne pas m’être trompée de maison que j’ouvre silencieusement et délicatement la porte. Je pénètre à l’intérieur, pose mes chaussures dans l’entrée. La pièce est éclairée au rythme des guirlandes du sapin, de la lumière douce proviens de l’étage, ainsi qu’une ambiance sonore. Je me défais de mon manteau, de mon sac à malices, et je lance mon chemisier sur le canapé. J’ai toujours une légère peur de me retrouver chez de parfaits inconnus qui seraient bien surpris de voir une nana débarquée dans leur chambre à moitié à poil !
Je monte l’escalier sur la pointe des pieds, vociférant à chaque craquement du bois sous mon poids, et espérant passer inaperçue. J’arrive à l’étage et me dirige vers la porte de gauche, d’où j’entends quelques gémissements. J’entre dans la pièce, et Xavier me voit de suite. Un sourire taquin se dessine sur son visage. Il est totalement nu, se tient debout face au lit, son sexe entre les lèvres de sa femme. Elle est étendue sur le matelas, les quatre membres maintenus par un système d’attaches reliées aux quatre pieds du lit. Elle est vêtue d’une petite robe noire qui est déjà remontée bien au-dessus de ses cuisses. Elle laisse donc voir son sexe nu, dans l’attente d’être sollicité. Un bandeau en dentelle noire occultante la prive de la vue, je sais donc que tous ses autres sens sont en alerte. Je n’ai pas mis de parfum pour ne pas être trahie immédiatement par mon odeur. Je tente de me réchauffer les mains en les frottant sur mon jean, en soufflant de l’air chaud dedans, mais rien n’y fait. Je lutte contre mon envie de caresser ce corps offert devant moi. Xavier se dégage de l’étreinte chaude de la bouche de Sonia pour se diriger vers moi. Il m’embrasse rapidement et attrape mes mains pour les blottir entre les siennes. Elles deviennent rapidement à la même température. Je me rapproche du lit tandis que Xavier reste en retrait. Ma main se pose sur la cuisse de sa femme, remonte doucement pour caresser délicatement le sexe chaud de Sonia. Elle laisse échapper un petit gémissement, je me penche donc afin de la gouter. Ma langue passe doucement sur ses lèvres déjà gonflées d’excitation, je la devine attachée ici depuis un petit moment ! Mais rapidement le voile se lève :
«  Xav ?! Non, qui as-tu invité ? Attends, ne serait-ce pas notre amie perverse ? »

Et voilà, moins de cinq minutes plus tard je suis déjà découverte, trahie par mon soutien-gorge contre sa peau ! Erreur de débutante !
Xavier se positionne au-dessus de sa tête et insère sa queue dans sa bouche. Elle s’empresse de le sucer avidement alors que je peux plonger à langue perdue entre ses cuisses. Je me délecte de son nectar, que je vais partager avec son mari en l’embrassant. Je m’arrête sur les lèvres de Sonia, j’adore l’embrasser, elle a cette douceur même dans ses baisers. Ma main en profite pour caresser sa chatte, et un de mes doigts plonge en elle. Elle articule son bassin autour, cherchant à l’enfoncer davantage.
Mes doigts enfouis dans sa cavité chaude s’humidifient rapidement. Elle tente de gémir mais sa bouche est bien trop occupée à aspirer la queue de son mari. Je retire mes doigts et les porte à la bouche de Xav qui s’empresse de les sucer. Je me rapproche afin de l’embraser et retrouver le goût de sa femme sur sa langue.
– As-tu apporté ton jouet rose ? me questionne-t- il.
Je réponds par la positive, et je m’éclipse quelques instants chercher mon sac à malice que j’ai laissé au rez-de- chaussée. En remontant je vois que la situation a évolué, Xavier est entre les cuisses de sa femme, il la baise doucement. Je passe le harnais autour de ma taille, fixe mon joli dildo rose translucide et fais signe à Xavier que je suis prête ! Le regard de Sonia est équivoque ! Elle connait ce jouet, l’a déjà testé et avait particulièrement apprécié. Je savais donc comment lui faire plaisir.
– Elle est à toi, toute chaude et ouverte, tu peux la baiser comme une petite trainée ! dit-il en se retirant.
Je me place entre ses cuisses, lubrifie le dildo en crachant dessus, et c’est d’elle-même qu’elle s’enfonce sur l’imposante tige. Je la vois disparaitre entièrement en elle, les mouvements délicats se font de moins en moins doux, et son bassin cherche toujours plus de contact. Pendant ce temps, Xavier se délecte du spectacle en se faisant sucer par sa femme. Puis il attrape une capote, et annonce qu’il veut me baiser pendant que je baise sa cochonne de moitié !

Nous libérons Sonia de ses liens afin de trouver une position confortable et adéquate ! Elle s’installe en levrette, et sans attendre je m’insère à nouveau en elle. Xavier se tient debout derrière moi, et les genoux fléchis il trouve rapidement le chemin de ma chatte déjà trempée par l’excitation de la situation. Les premiers mouvements sont aléatoires, nous cherchons notre tempo qui s’installe vite. Les coups de reins de Xavier résonnent en moi qui les reproduis sur Sonia. Il baise sa femme à travers à moi. Je tente de rester concentrer sur le rythme, tout en étant envahie par un plaisir intense. Il faut dire que Xavier fait partie des hommes que la nature n’a pas oublié de bien gâter, et son imposante queue s’enfonce profondément en moi, ce qui m’arrache des cris de plaisirs à chaque coup. Mes genoux sont en feu, sans parler de mes cuisses, je me rends compte que la levrette c’est un vrai sport ! Pour autant le plaisir est tel que je n’y porte pas considération. La cadence est infernale, Sonia gémit en répétant à quel point c’est bon, et Xavier jubile de nous baiser toutes les deux. Il me maintient par la nuque fermement et n’hésite pas à me claquer les fesses avec véhémence.

Puis Xav se retire, et j’en fais de même. J’ôte mon harnais et m’écroule sur le lit les jambes écartées. Sonia décide de ne me laisser aucun répit et elle commence à me lécher délicatement. Elle sait que j’apprécie sa douceur, après le côté plus bestial de son mari. Sa langue caresse ma chatte, circule autour de mon clitoris sans le toucher et c’est un délice. Xavier me fait signe de passer sous Sonia. Je comprends vite à quoi il pense. Je me retourne donc, Sonia goute toujours à mon nectar, et je me retrouve juste sous sa chatte, que Xav pénètre sans ménagement. Ma langue s’active alors qu’il s’enfonce de plus en plus profondément en elle. Ses gémissements la trahissent vite, son orgasme arrive à toute allure, alors qu’elle tente de rester concentrer sur le plaisir qu’elle me procure avec sa bouche. Je n’ai de cesse de titiller son clitoris, alternativement avec ma langue ou mon pouce. Xavier en profite pour sortir sa queue et me la faire sucer avant de l’insérer à nouveau en elle. Puis je sens qu’elle se contracte, sa chatte est brulante et elle se répand dans un orgasme qui semble violent. Son gout m’inonde la bouche, ses soubresauts enserrent la queue de Xavier. Son corps continue de se contracter mécaniquement, elle tremble. Nous sortons de notre étreinte, et Xavier me tend sa queue, en espérant que je la nettoie de la mouille de sa femme. Je ne me fais pas prier et je la suce avec délectation. Il m’attrape par les cheveux et enfonce sa queue jusqu’au fond de ma gorge. Il la retire, puis il recommence. Encore.
Et encore. Il me baise la bouche, si fort que j’en ai les larmes qui coulent. Sonia se joint alors à moi, et nous enroulons nos langues autour de sa verge si raide. Nos langues se mélangent, jouent de concerto pour le faire craquer. Alors qu’il est bord de l’explosion je le reprends entièrement en bouche, jusqu’à venir faire taper son gland contre le fond de ma gorge. Des giclées d’un liquide chaud m’inondent alors la bouche. Je prends soin de ne rien avaler, même si la quantité est importante. La bouche grande ouverte je lui montre à quel point il a été généreux, avant d’embrasser sa femme et de partager avec elle son foutre, telle une récompense.
– Je peux mourir tranquille après avoir vu ça ! dit-il en plaisantant.

Par Chatterlay

Vous pouvez adresser vos nouvelles érotiques par mail à
Sabrina@wyylde.com

Nouvelles d’une libertine: Sous son joug

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.