Par Lechery

Tu le fantasmais depuis un moment, tu as trouvé l’opportunité de me l’offrir, me voici donc à la Factory, chez Z pour un Gang Bang, sans doute le meilleur que j’ai pu vivre jusqu’à présent.
J’étais en retard, tu sais ô combien je déteste l’être. Stressée donc, non pas par la soirée qui m’attend mais par ces 9 minutes de retard. 21h39, je descends de mon Uber et me précipite dans le bâtiment. Bâtiment un peu glauque, une sorte de hangar, il y a plusieurs portes et bien que je sois déjà venue, j’ai un petit doute. J’appelle donc Z pour qu’il vienne me chercher.

La porte s’ouvre, voilà Z. Il me complimente, je suis heureuse de lui plaire. Je reconnais immédiatement les lieux. Une pièce essentiellement composée d’un petit bar, une lumière tamisée très chaleureuse. Il m’offre un Coca, nous échangeons quelques banalités puis il m’informe que dès que je serai prête, je pourrai descendre les escaliers pour rejoindre ces messieurs. Je ne les connais pas, je ne sais pas combien ils sont, mais tout ce qui m’importe est de leur plaire.

Je suis plus que prête je n’attends donc pas plus longtemps. Z me prend la main et ouvre un rideau en velours, derrière lequel se trouvent ces fameux escaliers. Escaliers magnifiques, avec en guise de rambarde des chaînes verticales. Le lieu est un mélange de classe, de mystère, de sensualité et de perversité. Z me dirige vers un autre rideau en velours derrière lequel se trouvent mes prétendants. Me voici donc face à six messieurs. Six hommes, rien que pour moi. Les présentations sont rapides, impossible de retenir un seul prénom. Il leur rappelle quelques consignes et me laisse entre leurs mains.

Quelques secondes auront suffi à me retirer tout élément gênant (sac à main, manteau, …). Je sens maintenant des mains soulever mes vêtements et toucher les parties les plus intéressantes de mon corps, à savoir mes seins, en particulier mes tétons, et mon sexe. Je suis d’humeur joueuse, je caresse quelques queues à travers les pantalons. Je sens qu’elles sont déjà bien dures et en suis ravie.

Je suis à présent guidée vers un matelas rouge, où il m’est demandé de me mettre à quatre pattes. J’obéis, je suis là pour ça. Je joue avec eux, me cambre bien. Je sens une première queue en moi, ils vont m’essayer chacun leur tour et très rapidement je sens mon cul très froid, une bonne dose de lubrifiant, voilà mon cul rempli. J’aime ça et j’entends régulièrement « quel cul ! ». Je joue avec eux, me laisse aller, m’abandonne à ces jeux pervers.

Ces 6 hommes parlent entre eux, ils semblent se connaître pour la plupart et je comprends très vite que je suis tout à fait à leur goût. J’ai donc d’autant plus envie de leur faire plaisir, mon but principal, les faire jouir, est devenu un objectif que je me dois d’atteindre. Une queue après l’autre se présente à moi, je les suce du mieux que je peux. Je m’applique comme jamais, je n’oublie pas de les regarder droit dans les yeux, je sais que les hommes aiment ça. Les queues continuent de me remplir le vagin, le cul et la bouche. L’un d’entre eux suggère une double, tout le monde semble adhérer à cette idée. Comme à mon habitude, j’obéis et offre mes deux trous à tous ceux qui voudront bien les remplir. Les uns après les autres se succèdent, c’est très bon de sentir leur plaisir. Je jouis un certain nombre de fois. Ils sont surpris par mon rire mais comprennent qu’il s’agit de ma façon d’exprimer mon orgasme. Ils aiment ça.

Une petite pause m’est offerte avec un verre de Coca, une dose de sucre pour me redonner quelques forces car j’ai déjà les jambes qui tremblent. Je sens que mon corps est au bord de l’état de transe.
La pause n’aura pas duré plus de 2 minutes, je crois que nous sommes tous très pressés de reprendre nos jeux. Nous voulons essayer le cheval d’arçons mais il est malheureusement cassé, ce sera pour une prochaine fois j’espère. Dans cette pièce il y une sorte de cabine avec deux matelas. Me voilà allongée sur l’un d’eux. Mes jambes sont attachées en l’air par des liens en cuir. et un rideau coupe mon corps en deux au niveau de mon bassin. Je sens une première queue me pénétrer mais ce rideau m’empêche de voir qui est mon partenaire, c’est très excitant. Un autre homme vient m’offrir sa queue à sucer, je la prends volontiers. Voici les queues qui s’enchaînent, parfois dans mon cul, parfois dans mon vagin, c’est à eux de choisir ; toujours une dans la bouche. C’est tellement bon que je fini par hurler de plaisir. Je ne sais déjà plus compter le nombre d’orgasmes.

Mes charmants camarades de jeux me détachent pour m’emmener sur un autre matelas. Ils me sentent fébrile et m’aident donc à marcher… je suis ivre de sexe. Certains ont envie de jouir, tandis que des queues continuent de me pénétrer, d’autres s’agitent près de mon visage et se préparent à me salir de leur sperme. Je lèche alors mes mains pour les mouiller et leur caresse les couilles. Je comprends que cette attention porte ses fruits et je sens ce liquide chaud couler sur mes joues. Je m’essuie. Ils laissent la place à deux autres hommes qui vont jouir également très rapidement. Je m’essuie à nouveau grossièrement. Puis vient le cinquième, pendant que le dernier champion continue ses va-et-vient dans mon vagin. Il est très bon je jouis encore une fois. Alors que le cinquième jouit sur mon visage, le dernière se retire pour éjaculer sur mon corps. Me voilà complètement couverte de sperme. J’ai une pensée pour toi, je sais que tu serais fier de voir ta femme dans cet état. J’ai alors hâte de te retrouver.

Je bois un autre verre de Coca pour reprendre quelques forces, il est 23h30. Tout le monde se rhabille. Z me propose une douche que je refuse. Je n’ai bien sûr pas le droit. Tu aimes me voir souillée, pas question d’effacer les preuves de cette fabuleuse soirée tout de suite. J’ai plus que hâte que tu sentes toutes ces odeurs corporelles et que je te raconte cette soirée avant d’aller prendre ma douche et redevenir cette MILF aux apparences très sages.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.