Par Celie972

Après une dure semaine de travail, je suis à plat nerveusement si bien que, sur un coup de tête, je décide de m’offrir un hammam ! On devait se voir ce soir mais tu as été dans l’obligation d’annuler ! Il est 20h quand j’y arrive. Le jeune homme de la réception m’indique que les femmes ont leur entrée et les hommes la leur. Il me dit qu’une jeune femme viendra me chercher pour mon massage. Après m’être déshabillée, j’enfile mon peignoir et me dirige vers le hammam. Il y a tellement de vapeur que je n’arrive pas à y voir plus d’un mètre devant moi ! Étant toute seule, je me mets à l’aise et enlève mon paréo.

Peu à peu, je m’allonge, je me détends, je me laisse aller : je suis dans un état proche de l’extase ! Est-ce la chaleur, la fatigue ou juste un délire mais je ressens une sensation dans le bas de mes reins. Machinalement, ma main commence à parcourir mon corps. Je commence par caresser mes lèvres. Une pensée me traverse l’esprit  » Si seulement  » Un frisson me parcourt le corps et mes tétons commencent à durcir. Si seulement tu étais là. Je les titille un moment et ils sont tout durs à présent. Ma main continue à descendre le long de mon corps et s’approche de la zone à risques. Tout se mélange dans ma tête : l’envie de jouir que je ne parviens plus à maîtriser, un sentiment de honte – je suis tout de même dans un lieu public – et une excitation due à la peur d’être surprise. Je cède à la tentation : d’une main, j’écarte délicatement mes lèvres afin de pouvoir atteindre plus facilement mon clitoris. Si seulement tu étais là. Je commence à le titiller. Humm que c’est bon !

Comme je m’y attendais, je suis trempée. Chaque fois que je passe mon doigt sur mon clitoris, je le sens qui se contracte et je gémis un peu plus ! Dans mon délire, j’appelle ton prénom. Je suis dans un état d’excitation intense : une main s’occupe de mes seins tandis que l’autre de mon clitoris … J’en veux plus ! ça ne me suffit pas ! J’en veux plus ! Pourquoi n’es-tu pas là pour me combler, me faire l’amour, me baiser, me défoncer ? Il faut que je jouisse, je n’en peux plus. Mes jambes sont à présent complètement écartées. Je devrais penser à la jeune femme qui va venir me chercher pour le massage mais je m’en moque. Je commence à me doigter. Un doigt, deux doigts. Je gémis un peu plus fort. Trois doigts : que c’est bon ! J’en veux plus ! Toujours plus ! Quatre doigts à présent. Je hurle ton prénom tellement j’ai envie de toi ! Je me lèche les doigts et m’apprête à tenter les cinq doigts quand on me saisit la main ! J’essaie de refermer les cuisses mais je n’y parviens pas! Je me débats de toutes mes forces mais je suis bloquée ! Je suis furieuse après toi ! Si seulement tu n’avais pas annulé.

Sous le choc d’avoir été surprise, je tente de trouver une explication mais tout ce que j’entends c’est « chut  » ! Je sens une bouche qui se plaque contre ma chatte, une langue qui me titille le clitoris. Oh cette langue. Cette manière de faire, cette passion, je ne cherche plus à me débattre. J’écarte davantage les jambes pour m’offrir complètement. On me boit ! On me dévore ! On me mordille ! J’ai l’impression de devenir folle comme à chaque fois. Je jouis tellement c’est bon et je hurle ton prénom ! Tu me réponds « oui je suis là ma chérie  » ! Oh que c’est bon de sentir ta bouche sur moi.

Tu fais le tour de la couche sur laquelle je suis allongée. Ma tête est désormais dans le vide juste à la bonne hauteur pour accueillir ta verge dans ma bouche. Tu bandes déjà. Lorsque je te demande depuis combien de temps tu es là, tu te montres impatient et me l’enfonces dans la bouche ! Pendant que je te lèche, que je te suce, que je t’aspire, que je te pompe, tu me fais jouir une deuxième fois. M’entendre jouir t’excite encore plus si bien que tu commences un mouvement de va-et-vient dans ma bouche ! Bien que ta verge soit tendue, je la sens qui gonfle encore. Je vais finir par étouffer. Tu n’en peux plus. Tu sors de ma bouche et me retournes ! Désormais, ma chatte qui dégouline tellement je suis trempée fait face à ta queue. Tu commences à me défoncer la chatte violemment. Je ne retiens pas mes cris et je hurle de plaisir ! Tu te déchaînes en moi : les coups de reins sont de plus en plus forts, de plus en plus profonds. Je ne me contrôle plus. Ça t’excite de m’entendre crier.

La jeune femme arrive. Elle est gênée car on m’entend à l’autre bout du couloir. Elle nous le dit. Tu la regardes droit dans les yeux et d’un air insolent, tu lui dis que tu ne fais que commencer. Que tu étais dans le coin tout à l’heure et que tu m’entendais gémir, que ça t’a excité et que tu ne comptes pas t’arrêter en si bon chemin ! Tu ajoutes que si j’avais quelque chose dans la bouche, je crierais moins et tu lui demandes d’approcher. Quand elle est près de nous, tu te retires de moi. Tu attends et tu la regardes, tu lui dis que je vais crier plus fort maintenant. Tu me rapproches de toi. Tu lui tends la main pour l’aider à monter. Elle est assise sur mon visage et je sens qu’elle est trempée malgré son string ! Elle se soulève un peu et j’écarte son string et commence à lécher son clitoris. Elle commence à gémir, elle se caresse les seins, passe sa langue sur ses lèvres, commence à se lécher un sein puis l’autre. Je la doigte. Elle aime ça. Tu l’entends gémir et, alors que je m’y attends pas, tu commences à me labourer l’anus ! C’est trop bon mon chéri ! Tu sens comme c’est bon ! Humm j’adore ça !


Puisque tu me donnes ce que je veux et que je suis en train de prendre mon pied comme jamais, il faut que je la fasse jouir elle aussi ! Je lèche son clitoris, je l’aspire, je le suce, je le mordille, le tout en y mettant quatre doigts. Elle ne tarde pas à jouir. Tu redoubles d’efforts et je jouis à mon tour ! Oh mon chéri qu’est-ce que c’était bon ! J’en tremble encore ! Le fait de sentir mon anus se contracter sur ta verge fait que tu es sur le point de jouir. Tu te retires et commences à te branler devant nous. J’ai tout juste le temps de me relever et de m’agenouiller aux côtés de cette jeune femme que tu éjacules sur nos visages ! Après nous être nettoyées mutuellement, on te nettoie toutes les deux avec nos langues ! Aimes-tu cette sensation d’avoir deux bouches sur toi, deux langues qui lapent ta verge en même temps ? Une fois nettoyé, elle sort de la pièce nous laissant le temps de reprendre nos esprits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.