Avec Mr Sirban, mon Aimé depuis quatorze ans, nous adorons pimenter nos voyages et sorties d’exhibition publique, sexe en ville et flashing. Nous nous promenons ainsi depuis que nous nous connaissons : tourisme, culture et coquineries. Nous ne privilégions pas d’heures spécifiques. Les exhibes se font au gré de nos ballades et ont très majoritairement lieu en pleine journée. Tout endroit est un lieu d’exhibition potentiel.
Nous respectons une certaine éthique. Nous veillons toujours à respecter les mœurs des pays visités et à ce qu’il n’y ait pas d’enfants ou d’handicapés mentaux pouvant assister à nos folies.

Aujourd’hui, je vous invite à découvrir la seconde partie de notre séjour dans la capitale catalane, Barcelone.
Quels que soient vos centres d’intérêt, vous trouverez de quoi vous amuser et vous occuper ! C’est une ville festive et dynamique. Suivez la guide !

La colline de Montjuic : botanique, musée et coquineries
C’est un incontournable des visites barcelonaises, la colline de Montjuic domine la ville et est très facile d’accès par les transports en commun. L’hiver, c’est un lieu de visite agréable et l’été, c’est l’idéal pour pique-niquer car il y a de nombreux parcs et coins de verdure. Des évènements internationaux et prestigieux s’y sont déroulés et ont forgé le visage singulier de cette colline, comme les Jeux Olympiques en 1992.

La Plaça Espanya

La place a été construite en 1915 et terminée en 1929 pour accueillir l’Exposition Universelle. Et les Barcelonais n’ont pas fait les choses à moitié ! C’est grandiose et majestueux. C’est aujourd’hui encore une des artères principales de la ville et c’est bien fréquenté, s’y exhiber n’a pas été une mince affaire. Depuis la place on voit se détacher au loin le Palau Nacional, qui abrite le musée d’art catalan.

Si l’envie vous en dit, le club libertin Libert se trouve à proximité immédiate de la place, cinq minutes à pieds suffisent.

Le Musée National d’Art de Catalogne (MNAC)

Il a excellente réputation et depuis l’extérieur, il est très imposant. Nous avons manqué de temps pour le visiter, mais le lieu est juste paradisiaque. Depuis la terrasse, on surplombe la Plaza España et qu’est-ce que c’est joli ! L’été, vous pouvez profiter des Fontaines Magiques, une symphonie de jets d’eau illuminés splendides. Face à un aussi beau spectacle et malgré un air frais dû à la situation dominante en hauteur, je n’ai pas résisté à l’envie de m’exhiber dans ce très bel endroit. MrSirban a immortalisé notre passage !

Le parc botanique
Nos pérégrinations sur la colline de Montjuic nous ont conduits jusqu’au parc botanique se trouvant derrière le MNAC. Ne résistant pas à l’appel de la nature, mon Aimé a sorti son sexe en plein jardin et m’a demandé une fellation des plus délicieuses. J’étais à bonne hauteur en étant assise sur un muret, cuisses ouvertes et intimité sans culotte offerte. Je me suis régalé de lui dans ce lieu public en entendant des voix au loin, puis des pas se rapprochant. Sentant la menace venir, nous avons été interrompus un peu frustrés et particulièrement excités ! Que dire du parc en lui-même ? L’ayant vu à l’époque de Noël, notre avis ne sera pas des plus objectifs.

Poble Espanyol

C’est un musée à ciel ouvert. Un peu comme Europa Park, il montre les différentes régions espagnoles à travers leurs symboliques et leur architecture. Les bâtiments abritent des boutiques reprenant l’artisanat représentant la région.
C’est une chimère hispanique, une vision idéalisée construite pour l’exposition universelle en 1929. L’entrée est assez chère pour ce qu’il y a à voir : un musée et une succession de boutiques.

Encore tout excités par la fellation au jardin botanique, nous ne tenions plus et n’étant pas trop passionnés par l’aspect mercantile du lieu, on n’a pas résisté à s’amuser ! Nous avons profité de la région andalouse, représentée par une fausse église et son faux cloître pour poursuivre nos coquineries. Accroupie contre un mur, j’ai dégrafé le pantalon de mon Homme pour poursuivre là où je m’étais arrêtée ! J’ai pris son chibre à pleines lèvres pour le sucer avec délectation et plaisirs. Absorbé(e)s… nous n’avons pas remarqué de suite la présence du personnel.
Heureusement, aucune réflexion ne nous a été faite. Nous avons préféré arrêter nos petites folies malgré tout.
MrSirban n’a pas pu jouir et l’excitation s’est ainsi maintenue jusqu’à l’hôtel, où nous avons pu terminer ce qu’on avait commencé dans la journée !

Park Guëll : du Gaudi à l’état brut

La maison en pain d’épices !

Notre voyage s’est terminé par la visite du Park Guëll le 25 décembre ! Un joli cadeau de Noël tant la température était clémente et le parc agréable à visiter, malgré quelques réticences de ma part -mais mon Homme avait très envie de le voir !-. Le Park reprend l’idée des cités-jardins britanniques (d’où le nom Park en anglais). Antonio Gaudi se fait l’architecte des désirs de Guëll. Le but est de créer une cité complète dans un jardin, avec commerces, places de marché, écoles, maisons… De 1910 à 1914, Gaudi se met à l’œuvre, mais le projet coûte si cher qu’il restera inachevé. Gaudi s’est inspiré du relief naturel de la colline pour concevoir cette cité-jardin. Voyage au pays de l’imaginaire gaudesque ! Le park est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La salle hypostyle prévue pour être la place du marché

Séduite (finalement) par les lieux, j’ai adoré m’y exhiber sous le chant des perruches moines de couleur verte ayant envahi le jardin. C’est très touristique, mais ça reste relaxant. Dévoiler ses charmes a été particulièrement excitant, car c’est très surveillé et protégé. On a visité chaque point connu inscrit sur la carte remise à l’entrée et on y a fait des exhibes ! Un petit jeu de piste à la sauce coquine comme nous adorons le faire.

Devant la salamandre de Gaudi

Si vous souhaitez faire une escapade furtive et coquine, il y a de nombreux coins et recoins discrets, notamment dans les hauteurs du jardin, un peu moins sollicitées par les visiteurs. Le park est assez grand et on peut aisément trouver des chemins où vous pourrez laisser libre cours à votre imagination libertine !

L’esplanade de la nature et son banc de 100 mètres de long !

Ainsi se termine notre séjour à Barcelone et la visite guidée coquine et touristique. Nous avons pu pendant cinq jours mêler amour, tendresse, complicité et découverte, mais aussi coquineries, exhibitions, flashing et sexe. Un citytour génial dans la capitale catalane, berceau de l’imaginaire de Gaudi. Nous retournerons avec plaisir dans cette jolie ville que nous ne connaissions pas et où libertés et tolérances dominent l’ambiance générale.
Depuis, MrSirban et moi avons découvert de la même manière la ville de Prague à Noël dernier et la Namibie en avril, deux endroits très différents mais superbes, où nous avons pu mêler libertinage, sexe, exhibes et flashing !

 

La suite des aventure d’Amante Lilli sont disponibles sur son blog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.