Sonia est une invitation permanente à l’amour et au sexe.
Du saut du lit, jusqu’au bout de la nuit, la jolie blonde « invite », avec son regard de feu et son attitude sexy, tous les hommes et toutes les femmes qui la croisent, qu’elle soit négligée en training, ou pimpante en tenue de soirée sophistiquée. C’est spécialement l’avis de Patrick, son mec du moment. Par cette chaude soirée d’été, ils sont invités à une soirée du boulot de Patrick, quelque part en Ardennes ; un peu plus de 200 kilomètres de route. Sonia veut faire plaisir à Patrick, et le rendre fier de la présenter à ses collègues. Et elle n’a pas fait dans la demi-mesure. Quand Patrick la voit sortir de la salle de bains, il n’a qu’une envie : lui faire l’amour, non-stop, jusqu’au petit matin. Sonia porte une jupe noire ultra-mini, avec de beaux stay-up en dentelle noire et des escarpins noirs très sexy. Pour le haut, Sonia a choisi un chemisier noir très spécial : une bande de soie part de chaque épaule et descend jusqu’à sa jupe. Le décolleté ainsi formé découvre une grande partie de sa poitrine nue dessous ainsi que son nombril orné d’un fin bijou argenté et rose. Dans le dos, le même principe : deux bandes de soie qui découvrent son dos jusqu’à la naissance de son sillon fessier. Les parties avant et arrière du « chemisier » sont uniquement reliées entre elles par une fine chaînette en argent de chaque côté à hauteur de la taille. Pour corser le cocktail déjà explosif, Sonia a dissimulé son regard de braise sous un loup de dentelle noire du plus bel effet.

Lorsqu’il la voit, Patrick ne peut que lâcher un « Waouw ! » suivi d’un sifflement admiratif. Puis, sans aucun mot, il tend la main ouverte vers Sonia, qui comprend ce qu’il attend d’elle, sourit malicieusement, relève sa jupe et enlève son beau string en dentelle noire pour le donner à Patrick, qui le met en poche. Il s’approche de Sonia et flatte son sexe d’une caresse légère et fugace, puis sa main s’en va explorer les fesses de la belle, pour constater qu’elle y a bien plongé le nouveau plug de belle dimension, en argent surmonté d’une pierre rose, qu’il venait de lui offrir. Il est temps de partir. Ils montent tous deux dans la puissante berline de Patrick et prennent la route. Dès qu’ils sont sur l’autoroute, Patrick pose une main sur la cuisse gainée de Sonia et commence à la caresser, en remontant de plus en plus haut.

Sonia pousse des petits gémissements de plaisir, et descend le dossier de son siège, pour mieux apprécier. La main de Patrick caresse maintenant, par petites touches légères, la corolle déjà humide du sexe nu de Sonia. La caresse se précise de plus en plus et vient se concentrer sur le clitoris. La respiration de Sonia se fait de plus en plus rapide, tout comme la voiture sur l’autoroute. Sonia halète, pousse de petits ronronnements et de profonds soupirs. De plus en plus excitée, et voulant retarder la vague de l’orgasme qui menace, Sonia retire la main de sa fourche d’amour, dégrafe le pantalon de Patrick, empoigne le sexe gonflé de désir de son chéri et empale sa jolie bouche dessus. Profitant du moment, en gardant un œil sur la route, Patrick saisit dans sa poche la deuxième partie du nouveau plug de Sonia, qu’elle ne connaît pas : une télécommande qui active le plug à distance en provoquant un double va-et- vient langoureux du plug, en longueur et en épaisseur.

Malgré la surprise de Sonia et la nouvelle menace de la vague de son orgasme, elle s’applique à continuer sa fellation divine. Surexcité par la situation et par la douceur de la bouche de la fille, il ne tarde pas à éjaculer intensément dans la bouche de Sonia qui, en minaudant comme une gourmande, récupère la semence virile dans sa gorge, sans en perdre la moindre goutte. Aussitôt après, elle reprend sa place et écarte de ses mains les deux pans de son chemisier pour caresser sa superbe poitrine nue et ses tétons dressés. La main de Patrick reprend aussitôt l’exploration du petit cocon de Sonia : il commence à la doigter délicatement à l’entrée de son sexe, revenant régulièrement titiller le clitoris de la belle, pour retourner pénétrer le sexe trempé de désir de deux doigts plus insistants et plus profondément. Sonia a chaud et respire de plus en plus vite. Trop occupée à ses sensations et à la montée de l’orgasme, dont Patrick reconnaît les signaux de l’imminence, Sonia n’a pas remarqué que la voiture a ralenti pour emprunter une sortie menant vers un parking, puis ralentit encore jusqu’à rouler au pas. C’est précisément à ce moment-là que l’orgasme la submerge, sous l’effet des doigts de son mec ainsi que du plug qui continue son animation magique, elle bouge comme une forcenée, crie comme un animal à l’agonie, la bouche encore pleine de sperme, se presse les seins à pleine mains.Un spectacle rare et extrêmement excitant, dont les routiers, depuis la cabine de leurs poids-lourds, garés pour le soir ne perdent pas une miette, ébahis et excités du son et lumière qu’ils observent par la vitre latérale et le toit ouvrant de cette voiture qui remonte au pas toute la file. Cachés derrière le loup en dentelle, les yeux de Sonia ont à peine pu remarquer les regards lubriques et envieux de tous ces camionneurs, ce qui n’a fait qu’ajouter encore plus d’intensité à son orgasme.

Après avoir dépassé le dernier camion, Patrick avance la voiture une cinquantaine de mètres plus loin, la gare, descend, vient chercher Sonia pantelante et ruisselante de tous les orifices, l’attire vers une table de pique-nique à quelques mètres, la couche sur le dos, lui écarte les jambes d’autorité et enfourne d’un seul mouvement son gros membre de nouveau vaillant au plus profond du sexe de Sonia, qui reprend aussitôt ses cris et ses spasmes. En quelques poussées, ils jouissent à l’unisson, fortement, et, à peine leur orgasme terminé, ils remontent prestement en voiture, pour éviter le contact direct de plusieurs camionneurs qui, émoustillés, s’étaient approchés du spectacle de ce couple en rut. Il ne reste à présent qu’une trentaine de kilomètres avant d’arriver à la soirée, distance que Sonia met à profit pour rectifier ce qu’il y a moyen de l’être dans son aspect extérieur. Cela aura été utile, pense Patrick, en recevant les compliments unanimes de tous ses collègues sur la beauté divine de Sonia, ainsi que sur son intense sensualité, sexy mais classe, une touche de malice dans l’attitude, et un brin d’espièglerie dans le regard.
S’ils savaient…

Par Auxane d’Aumale
Son Facebook « Auxane d’Aumale »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.