Depuis le fond de la salle, ce jeune sommelier, un grand brun aux yeux clairs, avait surpris toute la scène du haut des escaliers menant à la cave du restaurant; cette femme ravissante qui rapidement releva son haut dévoilant ainsi une paire de seins sublimes, le temps que l’homme qui l’accompagne prenne une photo. Au moment où la femme se rajustait, elle croisa le regard du sommelier et comprit tout de suite qu’elle avait été vue. Elle rougit légèrement quand il passa à côté de leur table et senti son regard excité. Elle tenta de l’oublier mais celui-ci ne manquait pas de jeter un œil à leur table dès qu’il en avait l’occasion en cherchant bien entendu à capter le regard de madame. Elle commençait à regretter d’avoir cédé à son compagnon. « Cette exhib va faire un malheur sur Wyylde » lui disait-il. En attendant, toujours la même qui prend les risques !

Juste après avoir commandé, Madame descendit aux toilettes. Au moment de pousser la porte, elle sentit une présence. Elle se retourna subitement et poussa un petit cri de frayeur. Le sommelier était là, juste derrière elle, silencieux. C’était un bel homme, un peu ténébreux, il ne devait pas avoir plus de 30 ans soit une bonne dizaine d’années de moins qu’elle.

-Aimeriez-vous que je vous fasse visiter la cave Madame ? demanda-t-il. Je suis en charge des vins dans ce restaurant et il y a de somptueuses bouteilles.

Quelque peu effrayée, Madame répondit un peu sèchement : non merci !

-Allons, allons, vous ne souhaiteriez pas que je raconte au patron, aux cuisiniers et à tous les serveurs, la scène dont je fus témoin à votre table il y a quelques minutes ?

-Je vous ai vu nous surprendre en effet, répondit-elle un peu honteuse.

-Vous avez une magnifique poitrine…montrez-la moi encore! Venez, la visite ne durera que 5 minutes, votre ami ne se doutera de rien.

-Vous ne manquez pas d’audace jeune homme ! C’est hors de question !

-Comme vous voudrez…je commence par le garçon de salle.

-Non attendez ! Elle ne souhaitait pas que tout le personnel défile à leur table avec un petit sourire en coin, la soirée serait gâchée. Très bien 5 minutes alors, dépêchons-nous !

Ils descendirent tous deux les quelques marches qui séparaient la cave des toilettes. Le cœur de Madame battait la chamade, un mélange d’appréhension et d’excitation. Le sommelier l’invita à entrer dans une magnifique cave, bien ordonnée avec de belles bouteilles dont certaines étaient en vitrine. Il y régnait une atmosphère  douce malgré la fraîcheur ambiante, la lumière tamisée rendait cet endroit presque érotique. Madame se retourna vers le sommelier, il était vraiment sexy dans sa chemise blanche, la fixant de ses beaux yeux verts au milieu de cette pénombre.

-Montrez-les-moi…s’il vous plaît !

Madame ne se fie pas prier, elle souleva son haut libérant ces deux globes magnifiques. Le sommelier resta figé face à elle, tel un adolescent regardant sa petite copine se déshabiller pour la première fois devant lui. Sans vraiment savoir ce qui lui prit, Madame lui dit : qu’est ce que t’attend, suce-les !

Il prit son sein droit à pleines mains et porta le téton à sa bouche. De son autre main il attrapa le second pour le caresser maladroitement. D’abord un peu brute, il devint plus attentif variant la position de ses doigts, alternant le rythme, changeant la pression, faisant participer ici et là la pointe de sa langue où sa bouche entière, focalisant sur les tétons où au contraire engloutissant goulûment ses magnifiques aréoles.

Madame s’abandonna devant une telle envie. Elle s’accrochait à la chevelure épaisse et brune de ce jeune homme…jamais on ne lui avait branlé les seins comme cela. Elle mouillait comme une folle. L’excitation montait des deux côtés, il alternait douceur et fermeté tirant parfois avec rudesses sur ces tétons.

-Oh oui…haletait-elle. Bouffe-les moi, torture-les, pince-les j’adoooore !!

Ses aréoles se dilataient, les tétons durcissaient, gonflaient, s’allongeaient, se dressaient. Elle était en feu et en voulait maintenant plus. Sa chatte était trempée… Ce petit con était doué. Bordel, elle ne contrôlait plus rien. Depuis combien de temps lui dévorait-il ainsi les seins? Son ami là-haut s’inquiétait-il ? Trop tard, elle avait passé la limite acceptable, il fallait qu’il la fasse jouir. Elle lui prit la tête à deux mains pour murmurer à son oreille: je n’ai pas de culotte!

Son sang ne fit qu’un tour. Il plongea la main sous sa jupe tandis qu’elle écartait les jambes pour lui faciliter le passage. Il rencontra un fruit quasi lisse et dégoulinant de plaisir et aucune petite culotte. Il enfonça son index et son majeur dans cette chatte bouillante, arrachant à Madame un cri de stupéfaction, elle avait failli jouir instantanément, elle se retint.

-T’aime le cul toi hein, lui murmura-t-il, une vraie salope, tu montres tes nibards au restau pour ensuite te faire baiser hein… ? Continuait-il tout en lui fouillant l’entre-jambes. Ces paroles la rendait folle, son petit sommelier tout timide était devenu un étalon fougueux qu’on n’allait pas arrêter comme cela, sans aller jusqu’au bout. Elle posa la main sur son sexe à travers son pantalon de toile noire. C’était vivant là-dedans, une bosse montait et descendait à vive allure. Elle défit sa ceinture, ouvrit les premiers boutons et plongea la main pour attraper sa queue qu’elle sortit immédiatement. Il avait une queue d’une belle dimension qu’elle branla activement.  Elle devenait folle d’excitation.

– Continue à me sucer les seins pendant que tu me branles la chatte, lui dit-elle.

Il accéléra le mouvement de ses doigts tout en lui frottant le clitoris avec le pouce. Elle était sur le point de jouir, il le sentit et s’arrêta net. Il lui fit lécher ses deux doigts remplis de sa propre cyprine.

-goûte comme elle est délicieuse. Au même moment, il l’invita fermement à s’accroupir devant son gland.

-Suce-moi maintenant!

Elle avala son gland tout entier et entreprit de savants va-et-vient tout en aspirant et en tournant sa langue autour de sa queue. Sa queue gonflait encore et devenait de plus en plus raide dans sa bouche ce qui excitait Madame encore plus. Elle la tenait fermement, le branlant en même temps. Sa queue cognait au début de sa gorge, tous les deux gémissaient de plaisir. Il la prit soudain par le bras, l’invitant à se relever, la retourna et la pencha en avant vers le casier à bouteilleS.  Il releva sa jupe et présenta sa queue à l’entrée de la fente trempée de notre petite exhibitionniste. Il l’enfila alors d’un petit coup sec sans résistance tellement elle était trempée.

-Oui baise-moi, fait moi jouir bordel! lui dit-elle en pleine excitation et en plein stress d’imaginer son ami partir à sa recherche. La sensation fut quasi instantanée comme un flash de lumière, madame jouit dès les premiers coups de cette belle bite. Elle sentait que cela allait être très rapide pour lui aussi.

 -Ne jouis pas en moi, je veux ton sperme lui dit-elle.

Elle se retourna et s’accroupit face à lui, les bras écartés tenant les montants des casiers à bouteilles. –Jouis sur mes seins, vas y branle toi magne ! En trois coups de poignets il lui envoya de belles giclées sur sa poitrine magnifique dans un râle d’extase. Pendant qu’il reprenait son souffle, elle saisit une bouteille au hasard et la frotta sur sa poitrine ramassant ainsi son sperme avec le goulot. Elle lécha ensuite le goulot, dégustant le sperme sous ses yeux hagard de plaisir. Elle se releva, lui tendit la bouteille en lui posant une bise sur la joue et disparut en un clin d’œil. Il fallut au sommelier, 5 bonnes minutes pour reprendre ses esprits.

De retour à la table, son ami lui demanda :

-Tout va bien ? Je commençais à m’inquiéter.

-Oui t’inquiète ça va, lui répondit-elle en passant son pied le long de la jambe de son ami sous la table. L’exhibition de mes seins tout à l’heure m’a franchement excitée et j’en ai profité pour me caresser un peu aux toilettes, j’étais vraiment trop excitée, désolée, tu ne m’en veux pas hein ? lui dit-elle avec un petit air ingénu.

-hummmm, non au contraire. Tu as pris une photo petite coquine ?

-Non je n’y ai pas pensé, répondit-elle en souriant malicieusement.

A ce moment-là, le sommelier vint à leur table tout sourire. Le cœur de Madame s’arrêta net.

Il ne va pas tout balancer ce salaud quand même ? Se dit-elle

-Bonsoir Madame, bonsoir Monsieur, je suis le sommelier du restaurant. Il y a eu un léger problème ce soir.

-Ah oui lequel ? interrogea Monsieur tandis que Madame évitait tant qu’elle pouvait de croiser son regard.

-Le vin que vous avez commandé est épuisé. Je suis désolé j’ai ouvert la dernière bouteille à midi et j’ai oublié de le retirer de la carte. J’ai vu votre commande et je vous conseille à la place ce magnifique Bourgogne qui accompagnera à merveille vos plats ce soir …il est offert par la maison. Madame reconnut tout de suite la bouteille qu’elle avait enduite de sperme et qu’elle avait léché dans la cave quelques minutes plus tôt.

-Qui souhaite le goûter, demanda-t-il en risquant un clin d’œil des plus discrets à Madame… Madame ou Monsieur ?

Par Curious67

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.