Valérie et José dirigent le club « L’Angélus ». Adeptes depuis 7 ans, ils en ont pris la direction en septembre 2016 pour en faire l’un des plus beaux d’Île-de-France. Rencontre avec Valérie, gérante du club.

Comment se passe la gestion d’un club quand on est en couple ?

C’est assez simple… je m’occupe de la gérance du club en totalité. José me vient en aide dans la publication de la communication.

Comment vous est venue l’idée d’ouvrir un club libertin ?

Depuis que nous sommes ensemble (cela fait quelques années) nous aimons le monde de la nuit. Nous avons découvert le milieu libertin il y a peu de temps (7 ans environ). Nous avons eu l’envie d’acquérir un club ou un bar où nous pourrions proposer aux libertins un établissement façonné à notre image. Nous souhaitions que l’Angélus soit un club chic et convivial pour que nos clients se sentent bien chez nous.

D’où vient le nom d’Angélus ?

Je ne sais pas. Nous l’avons repris avec ce nom-là et, comme c’était joli pour un établissement libertin, nous l’avons gardé. C’est vrai qu’il porte une consonance chrétienne… on dira que notre établissement est une « paroisse » pour libertins.

Faut-il être libertin pour gérer ce type d’établissement ?

A mes yeux oui, il faut l’être, car il faut une ouverture d’esprit. Il y a des règles, des codes et surtout du respect. Prenons l’exemple des nouveaux libertins : il faut les guider et leur expliquer notre milieu de A à Z. Si nous n’étions pas libertins… à minimi il faudrait une connaissance du milieu.

Quelle type de clientèle fréquente votre club ?

Elle est de toute sorte : couples mélangistes, échangistes, les recherches de trio, les novices, les femmes et hommes seuls et aussi celle du milieu BDSM. À quelle fréquence viennent-ils ? On dira au minimum une fois par mois. Que souhaitez-vous faire partager à la communauté libertine ? Que nous sommes heureux de les accueillir à l’Angélus. Que nous mettons tout à leur disposition pour qu’ils se sentent le mieux possible et passent une bonne soirée. Et surtout nous leur souhaitons une longue vie de plaisir dans ce milieu où l’on rencontre de très belles personnes.


Parlez nous de votre club, comment est-il structuré ?

L’Angélus est une vieille bâtisse classée, Jean de la Fontaine se trouvait dans cette maison.  Il est structuré comme suit : tout de suite après la porte d’entrée nous avons un grand escalier qui descend au soussol. Vous m’y retrouverez à l’accueil. Après, sur la gauche, les vestiaires pour que nos belles puissent se changer (très pratique) et sur la droite le bar. Dans ce fameux soussol qui s’étend sur environ 250 m2, on trouve des murs à l’ancienne (pierres apparentes) d’une épaisseur d’un mètre, des arcades et des voûtes. Il est composé d’un très joli bar, d’une piste de danse, d’une pièce principale avec poutres apparentes, de trois alcôves, d’une niche (et non d’une niche pour chien…), d’un fumoir, de douches, d’un petit coin bien- être avec une table de massage (en cours d’installation) et d’une salle de restaurant car tous les vendredis et samedis soir nous offrons un buffet aux libertins, le tout dans une lumière tamisée.  Au premier, nous trouvons un premier coin câlin avec un matelas de 3 mètres sur 3 mètres semi-ouvert avec son « glory hole ». Puis, un autre coin câlin que l’on appelle l’espace « gang-bang », avec un matelas de 4 mètres sur 6 mètres. Deux coins câlins fermés et un autre petit coin avec un matelas de 1,20 sur 2 mètres. Les sanitaires et un petit patio qui donne sur un magnifique escalier en pierre avec sa rampe en fer forgé.

L’angélus 9 Boulevard Gambetta, 77000 Melun

On continue à découvrir l’Angélus dans Wyylde : le Mag actuellement kiosque. Pour le trouver près de chez vous c’est par ici et vous abonner c’est par . Pour les abonnés Wyylde.com, le magazine est téléchargeable gratuitement ! 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.