La chanteuse pop rock puissante et charnelle Julia Palombe partage avec nous ses expériences de la vie et de la nuit. Ce soir elle nous embarque dans les lieux cachés et branchés de Paris. 

Lire ces précédentes aventures : La nuit dernière avec Julia Palombe #1

19H15 : La nuit va bientôt tomber. C’est l’heure idéale pour passer la grille de l’Hôtel Particulier de Montmartre. Je trottine sur mes escarpins entre les pavés de la petite allée qui  longe le terrain de boules, en me disant que si j’inventais un système de déroulage de tapis rouge ‘automatique & tout-terrain’ pour femme en talons aiguilles, je serais riche ! Au lieu de ça, je finis le chemin, mes stilettos entre les mains…

Hotel Particulier ©Julia Palombe

Hotel Particulier ©Julia Palombe

19H30 : Lud a déjà sifflé un verre de blanc, quand j’arrive. Elle s’est installée dehors, emmitouflée dans une couverture de l’hôtel. Elle est souriante et radieuse ! J’ai à peine le temps de m’asseoir qu’elle se lance dans une description précise et excitante des serveurs : « Tu vas voir, ce ne sont que des hommes, canons, jeunes, et typés ».  Effectivement un prototype du genre, « mâle latino bombasse » vient vers nous, pour me proposer la carte. Je le charrie un peu sur son sex appeal : « Dites-moi, vous êtes recrutés sur votre beauté ? Vous travaillez seulement au bar, ou vous faites aussi le service en chambre ? Sans compter vos atouts extérieurs indéniablement irrésistibles, vous y connaissez aussi un peu en vin ? ». Le lionceau reste gentlemen, il déroule sa palette du parfait séducteur : oeillades, bombage de torse,  courtoisie à toute épreuve. Tel un dandy, il m’expose plusieurs vins, en me demandant d’une voix suave : « Cela dépend de vos goûts, comment vous les aimez ? ». Du tac au tac, je lui réponds : « Du sud, fort et bandant ». Il rit et me ramène un excellent nectar chilien.  Parfait. 10/10. Celui-ci ne dormirait pas sur le paillasson, comme dirait ma grand-mère…

Hôtel particulier ©Julia Palombe

Hôtel particulier ©Julia Palombe

3_ Hotel particulier

21H11 : Je laisse ma copine au bras d’un de ses sex-friends, et je file au cinéma voir la séance dont tout le monde parle: « A la recherche de l’ultra sex ». Le film se joue au Luminor, mon cavalier me lâche au dernier moment (problème de baby-sitter !). Qu’importe, j’enfile des Bas Cervin rouge, et je me pointe à la séance, l’âme légère.  Quand je rentre dans la salle, je suis frappée par la ‘jeune’ moyenne d’âge des spectateurs, et par le peu de sièges vacants restants. C’est enthousiasmant, me dis-je ! J’ai à peine le temps de m’installer que déboulent dans la pièce les deux réalisateurs en mode franchement humoristique. A coup de blagues interactives avec le public, ils détendent l’atmosphère et installent un climat ‘sexy friendly’. On se croirait presque en colo ! On a envie de sortir les couvertures et de se laisser bercer par le film… Les lumières s’éteignent, et dès la 1ère minute les éclats de rires fusent de toutes parts. Le traitement artistique est décalé à souhait, c’est ingénieux et excitant à la fois. J’adore ! A la fin de la séance, les deux compères reviennent dans la salle, dans une chorégraphie surréaliste, sous les applaudissements déchainés des spectateurs. En guise de digestif, le duo nous propose de rejouer une scène du film, en mode doublage. Il s’agit donc de faire les voix en synchro sur les images de scènes porno qui défilent sur l’écran. Ils choisissent au hasard un homme et une femme parmi nous. Je vous laisse deviner qui ils ont pris comme nana ?

4_ Cinéma présentation

6_ Cinéma avec Réalisateurs

Julia & les réalisateurs de l’Ultra-Sex

23H33 : Je prends un taxi et direction Pigalle, dans l’un de mes clubs favoris, Le Bus Palladium.  L’ambiance est survoltée car ils fêtent les 50 ans d’existence du lieu. De plus, c’est la soirée ‘cabarock’ de mon ami Nicolas Ullmann. Le physio, Daniel le Corse, me repère, et me fait passer par ‘l’entrée des amis’ (trop cool !). A l’intérieur, un jeune groupe de rock fait danser les filles. C’est brut, c’est bon, c’est chaud ! Je me faufile en loge pour embrasser Nico. Il est en train de se préparer et comme la légende le veut, il se transforme sous les doigts de sa maquilleuse Cynthia Scigliuto. Ce soir ce sera Terminator ! Le show est mené de main de maître et je suis grisée par cette ambiance rock futuriste…

9_ BUS 2 8_ BUS 7_ BUS _ Nico

01H39 : Il est temps de passer chez moi me changer, je suis attendue à La Nuit Elastique. Inspiration fétiche, quand tu nous tiens ! En quelques minutes (merci Uber), je suis dans mon salon. Je sors mon look ‘hard girl’ de circonstance, à base de cuir, perruque, et vinyle. J’hésite entre deux paires de cuissardes, mais je choisis d’assumer les rouges. Red is the new Black ! Je sors à peu près toutes les fringues de mon armoire avant de retrouver mon long manteau noir (je ne suis qu’une femme). Voilà, je suis prête ! Je repars aussitôt sur les chapeaux de roues dans la nuit parisienne…

11_ Nuit elastique 1. Cuissardes rouges 12_ Nuit élastique 3 10_ Nuit Elastique 2.

02H07 : Sergio m’a rejointe et nous entrons dans le club Anamorphose en riant, comme des enfants qui ont échappé à leurs parents, et qui s’apprêtent à faire une bêtise. La musique est electro et l’ambiance bat son plein. Le spectacle des clients en tenues fétish est captivant. Je vais direct au bar pour prendre le temps de l’observation. Comme souvent dans ce genre de lieu, mon esprit s’évade et mon imagination s’aiguise. J’invente des mises en scènes et des chorégraphies virtuelles dignes de Pasolini et Fellini réunis. Je suis dans mes pensées quand Sergio me propose d’aller visiter le bas. Chaque recoin du sous-sol abrite des scénographies de domination-soumission. Un homme s’approche de moi et me supplie de me faire un massage de pieds…

4H16 : Il y a un after chez mon ami Jano.  Il habite un loft près de Strasbourg St Denis, avec une vue imprenable sur tout Paris. Quand j’arrive, ils sont lovés les uns sur les autres sur le grand canapé. Certains sont dans la baignoire à boire et à se faire des câlins, d’autres dansent encore, le regard illuminé d’une nuit que je devine pleine de grâce. Fidèle à moi-même, je fais ouvrir une bonne bouteille de vin rouge, avant de rejoindre la piste de danse.

15_ Privé _Matin

6H55 : Un shooting improvisé s’organise avec le maître des lieux. J’enfile une nuisette Paloma Casile en regardant le jour se lever à travers la fenêtre. Tandis que sur la terrasse se dresse, victorieux et glorieux,  le Sacré Cœur.

14_ Paloma Casile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.