Tremblez, joueurs de Scrabble et de Monopoly ! Kantoutacou débarque !

Kessessé ?

On vous le présentait l’an dernier, là ça y est, il arrive le mois prochain ! 🎉 C’est l’occasion pour refaire les présentations. Kantoutacou, c’est l’histoire de Sophie, Lucas, Fred et Samy qui se sont réunis autour d’une idée : on est au 21ème siècle, oui on parle de sexe, mais quelle image en ressort-on ? Si on ne se fie à cette immense source qu’est internet, et si l’on ne prend pas suffisamment de recul, on peut rapidement s’identifier à tort aux stars du porno, ou appliquer bibliquement des conseils absurdes (« comment rendre fou un homme en dix leçons », « comment être plus sexy pour son/sa partenaire »…). C’est cette idée là qui a nourri leur envie de rendre le rapport au sexe décalé, décomplexé, détendu du … Bref, vous avez compris. De ce constat est né un jeu de cartes, au principe tout simple : créer des petites histoires « cul.tes » pour parler de sexualité sous toutes ses formes dans la joie et la bonne humeur. La petite équipe a sillonné les routes de France, de Suisse, et de Belgique pour présenter son jeu, financé par une campagne Kickstarter. Aujourd’hui prêt à sortir, il a déjà été commandé par plusieurs boutiques. Ouverts aux modifications, l’équipe laisse ses coordonnées si des termes vous gênent ou si vous avez des suggestions ou des idées de cartes à apporter.

Akoiçaressemble ? 

C’est une jolie petite boîte carrée, avec tout plein de dessins qui passent inaperçus pour la jouer discret au passage en caisse. La version originale est rose tandis que la version « très très sale » est noire. La version très très sale contient des cartes aux termes plus hard, que vous pouvez mélanger avec les cartes de la version originale ou les utiliser seules.

Komenkonjoue ?

Créer des histoires coquines et farfelues avec seulement quelques cartes : le maître de cérémonie distribue 5 cartes à chaque jouer et à lui-même. Il ouvre le jeu en tirant une de ses cartes et compte de 10 à 1. Pendant ces dix secondes, les joueurs regardent leurs cartes pour faire une combinaison avec celle posée. En reliant les deux cartes en disant kantoutacou, on crée une composition plus ou moins dingue : par exemple, fan d’anulingus, tu te caches dans le canapé, kantoutacou ton rectum livre ses secrets ! (Pour l’exemple, on a respecté à la lettre ce qui était écrit sur la carte, mais sachez qu’en dehors du mot-clé surligné vous pouvez raconter ce que vous voulez). A la fin du compte à rebours, ceux qui n’ont pas choisi de carte et n’ont rien posé sur la table ont perdu leur tour.

Chaque joueur qui a posé sa carte raconte son histoire au maître de cérémonie, qui décide de l’histoire la plus folle. Il lui donne la carte de base en guise de point. Ceux qui ont posé une carte en piochent une nouvelle, et le maître de cérémonie donne son rôle à la personne à sa gauche. Celui ou celle qui récolte trois points gagne la partie. Comptez 15 minutes en moyenne par partie.

Il existe 4 modes de jeu différents, comme le « Bukkake d’enfer » ou « Plaisir solitaire » , proposés par l’équipe de choc de kantoutacou. En solo ou en équipe, il y a une infinie possibilité de combinaisons entre les cartes.

La boîte contient :

110 cartes – 1 encyclopédie – 5 fiches explicatives

Kantoutacou a été pensé en France et fabriqué en Allemagne. Sortie prévue août 2018 au prix de 14€90.

Le site officiel

Twitter – Facebook – Instagram – Snapchat

Boutique en ligne

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.