Suite des aventures de la chanteuse pop rock puissante et charnelle Julia Palombe. Elle partage avec nous ses expériences de la nuit et de la vie. Cette fois-ci, elle se met à nu pour une immersion totale au Cap d’Agde.

Lire la première partie

17h23 : A l’assaut de cet espace de liberté préservé, où l’on se montre tel que l’on est, sans fausse pudeur et sans chichis. Je réalise la folle charge que l’on met habituellement sur nos vêtements. 

© Serge Leonardi

© Serge Leonardi

17H41 : C’est le point d’orgue de la mousse party. Juste en face de la plage, l’événement me fait penser à une orgie romaine.

Accoudée au comptoir, j’observe une femme armée d’un gode ceinture, qui entreprend d’en faire jouir une autre, laquelle branle habilement son voisin de table.

Tolérance-Pacifisme-Respect : tel pourrait être les trois mots qui résument le mieux l’esprit d’ici.

19h02 : Séance photo au club Le Tantra

© Serge Leonardi

© Serge Leonardi

Serge Leonardi réalise un shooting couple pour deux amoureux libertins.

Hugo et Isabelle, 20 ans de vie commune : « Nous on fait l’amour 3 fois par jour ! »

Netech le Mag ©Serge Leonardi

Netech le Mag ©Serge Leonardi

Hugo et Isabelle, 20 ans de vie commune, 5 enfants. Je suis bluffée par cette grande blonde qui me lance dans un large sourire : « Nous on fait l’amour 3 fois par jour ! ». Pour ces deux-là, le libertinage signifie « partir à la conquête du monde, tout en restant au Cap ». Ils multiplient ainsi les sexperiences au gré de leurs envies, en privilégiant les rencontres internationales. 

19h39 : Entre chien et loup, une impro musicale s’organise dans une des villas privées du coin. Je ne me fais pas prier pour entonner quelques-unes de mes chansons. Les convives rient et baisent pendant que je performe. What else ? 

© Serge Leonardi

© Serge Leonardi

20H29 : J’ai un petit creux, je me tape un homard à l’Ecaille d’Argent ! Délicieux, rien à jeter ! 

22H03 : Cabine d’essayage improvisée dans une voiture. La nuit oblige, tenue correcte exigée. Pour les garçons
« pantalon et chemise ». Pour les filles : « Le pantalon est interdit. Jupes sexuellement explicites requises ». Ok, ok… 

© Serge Leonardi

© Serge Leonardi

22h22 : Les allées bordées de buisson se ressemblent toutes, ce n’est pas facile de retrouver son chemin. Telle le petit poucet, je sème mes cailloux… 

© Serge Leonardi

© Serge Leonardi

22h29 : Au bar Eros, le videur a un long nez… Je décide d’en toucher deux mots à l’une des serveuses :

« Ici vous êtes dans un endroit classe, où on se lâche. Beaucoup de choses sont permises, excepté les relations sexuelles. C’est le before. »  

© Serge Leonardi

© Serge Leonardi

22h46 : Les tenues sont de plus en plus minimalistes… 

© Serge Leonardi

© Serge Leonardi

23h28 : Mélangistes, Echangistes, Qui embrassent pas, Voyeurs, Exhibitionnistes seulement, Sado-Masochistes, Homosexuels…

Malgré la diversité et la grande ouverture d’esprit, Dana, trans libertine espagnole regrette : « Je suis heureuse de venir ici, cependant  les hommes préfèrent se cacher pour jouer avec moi. Mon rêve serait un établissement dédié aux trans ». A bon entendeur ! 

0h11 : Est-ce l’iode qui me donne faim ? Je m’arrête au Jardin du 16 et dévore une seiche cuite au feu de bois… Adresse incontournable du Cap, je vous la recommande chaudement ! 

Photo 22

1H15 : En route pour le club Le Glamour. A l’intérieur, les couples évoluent avec bienveillance, sans angoisse, ni tension.

En observant les couples vivre, je me dis que faire l’amour est un anxiolytique des plus puissants. 

2h48 : Pause shopping. Pour un camp naturiste, je ne m’attendais pas à un tel étalage de fringues : c’est les Champs Elysées version Sexe. Un des plus anciens tenancier d’une des boutique de dessous m’offre ma séquence C’était mieux avant : « Le libertinage s’est galvaudé. Le libertin d’aujourd’hui ne sait plus séduire. Le Cap est devenu un supermarché du sexe où toutes les femmes sont déguisées en putes ». Oups ! Je prends mes jambes à mon corps (comme l’écrirait Serge Gainsbourg) et quelques mètres plus loin, j’ai le coup de cœur pour un perfecto en cuir bleu électrique (clin d’œil à mon amie, la brillante auteure Octavie Delvaux)… 

© Serge Leonardi

© Serge Leonardi

3H45 : Tantra du soir : espoir. Une demoiselle se confie à moi : « Pour les femmes, ce lieu est particulièrement libérateur. Toute l’année nous subissons le matraquage normatif. Ici nous pouvons enfin vivre notre nudité de façon naturelle, sereine, débridée. » Elle me fait toutefois remarquer que je porte une toison pileuse, en me demandant si cela a une signification particulière.

Je regarde autour de moi : je suis la seule, hommes et femmes confondus, à arborer mon petit buisson entre les jambes… 

Photo 25_-min

6H58 : Bain du matin. Les derniers acteurs de cette nuit inoubliable s’embrassent, se baignent, discutent. Le druide prend la parole devant tous :

« Est-ce-que tu es prêt à voir ta femme se faire défoncer par un autre, et y prendre plus de plaisir qu’avec toi ? ». Silence. Il reprend : « Réponds à cette question et tu sauras où tu te trouves sur le chemin du libertinage. »

Le danger est clair : le Cap peut sauver un couple, comme il peut le détruire. A chacun de savoir jusqu’où il peut aller… 

Julia Palombe - ©Serge Leonardi

Julia Palombe – ©Serge Leonardi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.