Vous êtes éblouis par son corps de rêve, sculpté par des années de fitness ? Nous aussi. On en oublierait presque que Fantine est surtout une femme de tête, menant de front vie de famille, management du club La Chrysalide , et organisation d’événements, en collaboration étroite avec Kévin, son époux.

Wyylde : Comment vous êtes-vous rencontrés, avec Kévin ?
Fantine : Nous nous sommes rencontrés en classe de seconde, lorsque nous étions encore en Normandie. Kévin n’arrêtait pas de me draguer, et en fin d’année scolaire, nous sommes « sortis » ensemble. C’était compliqué, car Kévin a déménagé dans le Sud un mois après. Nous avons vécu un amour à longue distance, pendant plus de 7 ans, et cela a tenu !

Quelle est ta fonction au sein du club ?
La semaine, je suis sa secrétaire (rires) ! Je m’occupe de la compta, de l’administratif, du social, des papiers en somme. Et aussi de l’envoi de la communication via les SMS. Le week-end, je suis à l’accueil.

As-tu participé à la décision de créer un club libertin ?
Non, pas du tout ! Quand je suis descendue le rejoindre, je venais d’obtenir mon BPAGFF, diplôme de professeur de fitness. J’ai exercé ce métier pendant sept ans. J’ai arrêté lorsque j’ai accouché de notre première fille. Et à la naissance de notre deuxième fille, j’ai commencé à donner quelques coups de main, pour finir par bosser à plein temps à la Chrysalide.

Comment concilier vie de couple, vie de famille, et gestion d’un  club ?
On ne va pas se voiler la face, mais avec deux petites c’est extrêmement dur pour tous les deux. Lorsque vous travaillez en horaires décalés, qui plus est le week-end,
c’est très dur de se lever tous les matins pour l’école. Le rythme est dur et la fatigue s’accumule. C’est beaucoup de bonheur mais beaucoup de soucis aussi. À la maison, nous abordons souvent le sujet du club. Mais nous avons appris à bien gérer le tempo. Avoir son mari comme boss, ce n’est pas simple. Kévin est une personne entière et juste. Je n’ai aucun traitement de faveur au club, bien au contraire, je dois être parfaite, et même en faire plus que les employés. C’est ainsi qu’il considère mon rôle, c’est lui le boss… Je ne me plains pas, il y a pire je pense ! Par contre à la maison c’est l’inverse, il a intérêt à filer droit (rires) !

Votre vie sexuelle de couple  a-t-elle souffert de votre activité ?
Nous sommes un couple échangiste. Il est vrai qu’avant, on s’éclatait plus. Nous n’avions pas les enfants et la Chrysalide était un « petit club ». Nous avons fait une pause assez conséquente dans le milieu, du fait du rapprochement des deux grossesses. Depuis le déménagement de la Chrysalide à la Seyne-sur-Mer, nous avons beaucoup moins de temps pour coquiner. Ce qui ne veut pas dire qu’on ne s’amuse plus, bien au contraire. On en profite, en s’organisant des week-ends coquins, une fois tous les deux mois environ. Et on prend deux belles semaines au Cap l’été, pour bien en profiter. Mais sinon, notre vie sexuelle va très bien, merci (rires) !

Diriger un club, c’est d’abord trouver son plaisir dans celui des autres ?
En effet, nous éprouvons une satisfaction énorme quand les clients repartent avec le sourire. Je suis à l’accueil, je donne le meilleur pour que tous les clients soient bien reçus, et souvent ils me le rendent très bien. Je suis donc heureuse en fin de soirée ! Et depuis les nouveaux aménagements, ça ne s’arrête pas. Lorsque je leur confie que ce n’est pas encore terminé, que ce n’est que le début, ils sont surpris !

La suite dans Wyylde le Mag n°8 !

Pour le trouver près de chez vous c’est par ici et vous abonner c’est par .
Pour les abonnés Wyylde.com, le magazine est téléchargeable gratuitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.