Ce jeudi est un jour historique, la Cour suprême de l’Inde a dépénalisé l’homosexualité .

La décision de la plus haute instance judiciaire de l’Inde met fin à un article obsolète datant du XIXe siècle. L’article 377 du code pénal indien prohibait tout « rapport charnel contre l’ordre de la nature ». Des poursuites judiciaires pouvaient aboutir à de la prison à vie. Elle a aussi jugé que « c’était devenue une arme de harcèlement contre la communauté LGBT ».

Cinq juges de la Cour suprême ont entendu en juillet les arguments de plaignants homosexuels, parmi lesquels plusieurs célébrités, qui soutiennent que cet article 377 est contraire à la Constitution indienne.

Depuis près de vingt ans, la communauté LGBTQ de la deuxième nation la plus peuplée de la planète militait pour la suppression de cette loi datant de l’ère coloniale britannique. L’Inde devient aujourd’hui le 124e pays à dépénaliser les relations sexuelles entre personnes de même sexe.

L’homosexualité reste à ce jour criminalisée dans 72 pays de la planète, selon l’Association internationale des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, travestis et intersexes.

Après la décision de la cour suprême en Inde de dépénaliser l’homosexualité, les militants de la cause ont pleuré de joie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.