Après la censure totale de contenu sexuel sur Tumblr lundi dernier, Facebook va plus loin en agrandissant son champ d’action contre le cul. Dans son viseur : non seulement les images, mais également le texte à caractère sexuel !

Le réseau social ne tient pas franchement à être utilisé à des fins coquines comme son compère blâmé en début de semaine et il le fait savoir. Depuis un bon moment déjà, les publications aux images « inappropriées » étaient rapidement éradiquées des fils d’actualité. On se souvient notamment de cette affaire qui a éclaté au grand jour au printemps : un homme a été privé pendant plusieurs années de son profil personnel après la publication de L’Origine du Monde de Gustave Courbet.

Depuis, les règles ont quelque peu été modifiées : 

Un bon début…

SAUF QUE : 

Un pas en avant, deux en arrière : une fois n’est pas coutume, Facebook finit par rajouter quelques paragraphes aux articles concernant les « standards de la communauté ». Outre l’interdiction pour une femme de montrer ses tétons « sauf exception » (on cherche les exceptions chez les hommes), on parle désormais également de « sollicitation sexuelle ».

La sollicitation sexuelle, kessessé ? 

Quand grosso modo, vous faites savoir à vos copains sur votre feed que vous avez envie de vous amuser. Et ça, ce n’est pas au goût de Facebook. Alors exit sur vos statuts les envies de soirées torrides, les extraits de nouvelles érotiques et plus encore. Seront préservés : les groupes fermés et les conversations privées évidemment. Toutes les interdictions relèvent du fil d’actualité.

Comme chaque post est unique, plusieurs précisions sont apportées dans les articles, que nous vous invitons à lire avec la plus grande attention afin de ne pas vous retrouver avec votre compte Facebook bloqué… 😰 N’oubliez pas, pour le reste, vous avez Wyylde. 😉

On dit ça, on dit rien.

👇 Les standards de la communauté Facebook  👇

Nudité et activités sexuelles chez les adultes

Sollicitation sexuelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.