Alors qu’Instagram et Facebook persistent à censurer les corps et n’acceptent la nudité que si elle est partielle et dénuée de tétons (ce grand mal, cet organe impudique et pervers qui manipule les esprits faibles et malades), difficile de jouer la carte de la totale liberté.

free-the-nipple-etresanscomplexe-com_1

Nous ne sommes pas encore tout à fait libres d’exposer nos corps comme bon nous semble, sur tous les réseaux qui permettent pourtant de véhiculer des idées, parfois violentes et haineuses, mais qui rejettent la chair.

Le corps est pourtant largement mis en avant quand il s’agit de vendre – mais lorsque la décision vient de celui ou celle à qui il appartient et que le partage se fait dans un but non-lucratif, le compas moral s’affole et tout le monde crie au scandale.

Pourtant nos corps sont beaux et multiples, et nous bénéficierons tous d’une plus grande visibilité, moins contrôlée, moins modifiée, des creux, bosses et formes qui nous composent. Un corps nu ne peut, à priori, pas déclencher de guerre ni pervertir vraiment un esprit malléable.

Nous devrions libérer les tétons et les capitons, afficher fièrement poils et vergetures, corps lisses et moelleux, et passer plus de temps nus. Essayez chez vous, puisqu’on ne vous laissera pas le faire n’importe où pour l’instant.

Dove-Real-Beauty-Campaign

Campagne Dove

Regardez-vous, auscultez-vous, dansez, bougez, touchez, caressez, explorez – laissez votre nudité devenir une norme, un état naturel et exaltant. Prenez-vous en photo, faites-vous photographier par quelqu’un-e d’autre, et gardez-les pour vous pour éviter la censure mais admirez votre vaisseau – il est beau et vous sert bien, et mérite tout votre amour, toute votre attention.

C’est après avoir réalisé toute l’énergie que je perdais à me haïr et me regarder sous toutes les coutures pour me trouver toujours plus de défauts que j’ai décidé d’arrêter de déconner.

tumblr_mw9tzvi0JT1qico2fo1_1280

À chaque fois qu’une pensée négative m’envahit le cerveau, je m’offre un orgasme ou un compliment. Parfois les deux. Parce que c’est vachement plus difficile de se détester quand on a des crampes de plaisir jusque dans les orteils et qu’on ne le doit qu’à soi-même. Et du coup, ça donne envie de laisser les autres essayer aussi…

Reprenez le contrôle de votre image et délestez-vous des contraintes, des règles et des diktats qui vous abattent. Rien ne vous donnera plus de pouvoir et de plaisir que de vous aimer, vous célébrer et vous faire la cour. Soyez votre plus grand-e admirateur-ice, votre plus grand-e fan, votre âme soeur, et apprenez à vous connaître mieux que personne. Ce sera encore plus facile pour les autres de se laisser guider une fois que vous aurez vous-même tracé le chemin…

Jack Parker

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.